twitter facebook chevron-right

Outreau III : le procès de la dernière chance ?

Ça vous regarde

Outreau III : le procès de la dernière chance ?

Diffusée le 22/05/2015

« Je sais qu’il était là » : cette parole ambigüe de Jonathan Delay, l’un des enfants reconnus victime d’Outreau, replonge la France dans la perplexité. Elle interroge l’innocence de Daniel Legrand fils, qui pourtant faisait pourtant partie des 13 acquittés de l’Affaire d’Outreau.

Les avocats de Daniel Legrand n’ont eu de cesse de dénoncer l’absurdité du procès, qui jugera leur client pour les mêmes faits que ceux pour lesquels il a été reconnu innocent en 2005. Mais le jugement ne concernait que les faits postérieurs à ses 18 ans, et c’est donc pour la période précédant sa majorité que Daniel Legrand reparaît devant la justice. L’affaire a été relancée par le syndicat FO-Magistrat et l’association Innocence en danger en 2013, peu avant la prescription des faits. Le communiqué du syndicat rappelle que ne pas juger l’affaire aurait pu entraîner « un éventuel dysfonctionnement de nature à engager la responsabilité de l’Etat ».

S’agit-il ici de l’« acharnement d'un petit groupe d'experts revanchards », comme l’affirme Eric Dupond-Moretti, l’un des avocats de Daniel Legrand ? Des voix s’élèvent pour rappeler que de nombreuses zones d’ombres subsistent encore dans l’affaire d’Outreau. D’une sacralisation de la parole de l’enfant, on serait passé à un autre extrême, celui de la déstabilisation et de la remise en question de la crédibilité des victimes. Jonathan Delay se souvient de ne pas avoir été entendu lors des procès: « On avait presque inversé les rôles, nous étions les menteurs ».

Par ailleurs, le film de Serge Garde, Outreau, l’autre vérité, dresse un constat troublant : alors que l’affaire avait commencé sur le soupçon d’un vaste réseau de proxénétisme, le jugement en appel statue qu’il s’agissait finalement d’un « huis-clos », n’impliquant que les parents des quatre enfants Delay, et un couple de voisins. Or, ils sont bien condamnés pour proxénétisme, ce qui impliquerait d’autres personnes.

L’affaire d’Outreau interroge également le fonctionnement de la justice. Ce qui est décrit comme « le plus grand fiasco judiciaire de France » aurait-il pu être traité différemment ? Et concernant la parole de l’enfant, quelle place lui donner dans un procès ? Comment détecter au mieux les victimes d’actes pédophiles ?

Arnaud Ardoin en débat ce soir avec ses invités sur le plateau de « Ça vous regarde ».

Invités :

Jean-Yves Le Bouillonnec, député PS du Val-de-Marne et avocat

William Julié, avocat de Karine Duchochois lors des procès d’Outreau

Béatrice Brugère, vice-procureur de la République au Tribunal de Grande Instance de Paris et secrétaire générale du Syndicat national des magistrats FO

Hélène Romano, docteur en psychopathologie et expert près tribunaux

Diffusions sur LCP TNT

  • Vendredi 22 mai 2015 à 19:30
  • Vendredi 22 mai 2015 à 23:30

Diffusions sur LCP 100%

  • Vendredi 22 mai 2015 à 19:32
  • Vendredi 22 mai 2015 à 23:44