twitter facebook chevron-right

Courage, Hercule !

Moins de 2 min

"Aujourd'hui le peuple grec a exprimé sa volonté de rester ancré à l'euro."
Parole d'Antonis Samaras, dimanche 17 juin. Le chef de la droite grecque a le sourire du grand soir mais pas la tête à fêter sa victoire. Son parti, Nouvelle démocratie, a remporté les élections législatives de peu, recueillant un petit 30 pour cent des voix, ce qui lui permet d'empocher la prime de cinquante sièges accordée au vainqueur, mais ne lui donne la majorité absolue nécessaire pour gouverner.
Le gagnant, qui a toujours rêvé de devenir premier ministre, s'est mis au travail sans attendre, avec un ordre de mission clair: honorer les engagements de la Grèce à l'égard de ses créanciers internationaux, pour lui éviter de faire définitivement faillite.

Devant l'immensité de la tâche, le nouvel homme fort du pays a lancé les grandes manoeuvres, pour former un gouvernement de salut national. C'est fait. Les socialistes du Pasok ont accepté de rejoindre la future coalition. Pas la gauche radicale (Syriza), qui a réalisé une percée historique dimanche 17 juin, arrivée deuxième en récoltant plus de 27 pour cent des voix. Le parti, dirigé par le jeune et charismatique Alexis Tsipras, avait fait campagne contre l'austérité imposée par Bruxelles et le FMI, pas question pour lui de faire alliance avec les conservateurs. La Grèce a enfin un gouvernement. Mais ouf! La Grèce a un gouvernement. Et Antonis Samaras est enfin premier ministre ...

Le nouveau gouvernement en place, les douze travaux d'Hercule peuvent commencer : poursuivre la mise en œuvre des réformes, interrompues depuis plus d'un mois en raison de la crise politique. Donner des garanties aux bailleurs de fonds, qui en ont marre de payer. Remettre l’État sur le droit chemin de la vertu budgétaire...etc. L’État grec tiendra ses engagements, il continuera à rembourser sa dette, reprendra la chasse aux fraudeurs, menteurs, corrompus et autres kleptocrates sans vergogne qui continuent à piller les richesses du pays alors que le peuple meurt de faim, il ira percevoir l'impôt à domicile, n'hésitera pas à sévir si besoin etc.etc... la Grèce se relèvera, elle sauvera son honneur et sera sauvée! Parole de Grec!

Pas si vite. La victoire électorale des conservateurs (pro-européens) a permis d'éviter la catastrophe de justesse. Mais le casse-tête grec n'est pas réglé. Samaras demande déjà un délai de deux ans pour accomplir son oeuvre. Deux ans ?? Il y a le feu. Pour de vrai. Un incendie! La région sud de l'Attique est en proie aux flammes depuis deux jours. La maison brûle .. courage, Hercule !