twitter facebook chevron-right

Bienvenue en Europe !

Paris-Bruxelles express : le blog de Kathia Gilder
2 min

C’est une jolie destination de vacances. Une terre baignée de soleil, bordée par l’Adriatique, 1800 kilomètres de littoral, de la côte dalmate à l’Istrie. Un paysage fait de mer et de montagne, d’îles, de lacs, de collines, de parcs naturels, préservés du temps. Un décor de carte postale, à deux heures de vol de Paris. Bienvenue en Croatie, Republika Hrvatska, vingt-huitième membre de l’Union européenne ! Ses atouts géographiques, autant que sa culture, d’influence slave, austro-hongroise et byzantine, attirent les touristes. C’est d’ailleurs la principale richesse du pays, entré en Europe le 1er juillet dernier, après dix ans de laborieuses négociations d’adhésion.

La Croatie attend beaucoup de ses nouveaux partenaires. Elle compte sur les généreux fonds européens pour rénover son patrimoine historique, telle la forteresse médiévale de Klis près de Split, dont les vieilles pierres menacent ruine, et aussi surtout pour relancer son économie, elle aussi en mauvais état puisque Zagreb entre dans sa quatrième année de récession.

Dette, chômage, corruption, etc.

Le tableau d’ensemble n’a rien du paysage au beau fixe : déficit budgétaire et dette excessifs (respectivement 5 pour cent et 54 pour cent de la richesse nationale croate), taux de chômage à 20 pour cent, économie peu ouverte sur l’extérieur, largement subventionnée et très corrompue. De mauvais augure, avertissent certains économistes, pour qui la situation de la Croatie rappelle celle de la Grèce ou du Portugal.

La crise économique alimente le mécontentement et le ressentiment. Lors du référendum d’adhésion de la Croatie à l’Union européenne organisé en 2012, le non a réuni un tiers des suffrages. L’Europe suscite la méfiance. Le sentiment national est fort, le souvenir de la guerre, présent. L’intégration européenne prendra du temps.

Extrême Europe

Mais d’ici là, l’Union européenne aura sans doute accueilli de nouveaux membres, la Serbie, avec qui elle vient d’ouvrir des négociations d’adhésion, l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine, qui espère suivre le même chemin tout comme le Monténégro voisin. Et demain, peut-être, l’Islande au Nord, la Turquie au Sud, etc. etc.

Une Europe en élargissement perpétuel, vaste zone ouverte à tous les vents, et au tout marché, notamment américain, avec lequel elle espère s’unir, à la faveur d’un traité transatlantique dont elle espère tirer de grands bénéfices économiques, même s’il fait pour cela accueillir quelques bœufs et poulets US nourris aux hormones ou désinfectés « à la javel ».

Pour se prouver qu’elle est agit, l’Europe s’élargit. Mais au sein de ses frontières mouvantes, les peuples bougent, eux aussi, les divisions se renforcent. Les partis eurosceptiques, nationalistes ou xénophobes n’ont jamais été aussi forts sur le continent. Les dirigeants européens devraient s’en préoccuper avant qu’il ne soit tard, avant que cette Extrême Europe n’ait raison de la construction européenne et de ses valeurs.

D’ici là, bonnes vacances à tous. Et bienvenue ou bon retour Europe !