twitter facebook chevron-right

Jules Ferry, réveilles-toi, ils sont devenus fous !

Moins de 2 min

S'il revenait aujourd'hui, que penserez le père de "l'école de la République" de l'enseignement en France en 2013 … Et surtout des conditions dans lesquelles, s'instaure le débat... Laïcité, politique d'intégration, rythmes scolaires, statut des prof de "prépas"... et des autres. Pas une idée, pas une réflexion nouvelle qui ne vire immédiatement au pugilat.

Les gouvernements se suivent... De droite comme de gauche... et les controverses sur l’Éducation nationale se ressemblent... Depuis le 20 novembre, syndicats d'enseignants, associations de parents d'élèves, représentants des ministères, mais aussi pédagogues, historiens, sociologues, économistes... défilent devant des députés pour tenter de comprendre ce désamour entre la société française et l'école de la République.

En effet, il y a là une vraie question : quelles sont les missions du service public de l'éducation ? Former des têtes bien faites, juste équilibre entre épanouissement personnel et intellectuel grâce à des réformes nécessaires et bien pensées. ET/OU Former des têtes bien pleines, capables de concurrencer les petits chinois de Shanghaï au classement PISA.

A voir la colère des professeurs de classes préparatoires, à peine ébauché un semblant de discussion qui écornerait à la marge leurs privilèges, la réponse est toute trouvée. il ne faut rien changer. Et ils ne sont pas les seuls à le penser. Pour preuve : la frilosité du corps enseignant tout entier, depuis la rentrée, face à la réforme des rythmes scolaires

Et si justement la dignité du métier d'enseignant n'était pas plutôt de s'adapter et de préparer les enfants au(x) monde(s) qui change(nt) ? Une autre vraie question que les enseignants – mais aussi les gouvernants plus prompts à capituler qu'à trancher - feraient bien de se poser pour que l'esprit de Jules Ferry souffle à nouveau sur "l'école de la République".