twitter facebook chevron-right

Jean-Louis Borloo, le scandale des chibanis et le vote des immigrés

Moins de 2 min

En tant qu'ancien ministre, en tant que député, en tant que citoyen, Jean-Louis Borloo n'a pas de mots assez durs pour vilipender le comportement de l’État français envers les travailleurs immigrés retraités. Que les gouvernements soient de gauche ou de droite...

Tous responsables, tous coupables du sort réservé aux quelque 300 000 chibanis venus reconstruire la France après la seconde guerre mondiale. Et qui, à plus de 65 ans, se retrouvent à être obligés de choisir entre rester en France et vivre dans des conditions précaires ou repartir dans leur pays d'origine et perdre leurs droits à la santé, au logement et à la retraite... alors qu'ils ont travaillé et cotisé toute leur vie.

Un Jean-Louis Borloo bafouillant sous le coup de l'émotion... Égal à lui-même, toujours passionné... Pour le président du groupe UDI, c'est une question de justice

Et alors que le débat fait rage sur le vote des immigrés aux élections locales, Jean-Louis Borloo n'est pas loin de penser que mettre fin au scandale des Chibanis apaiserait plus sûrement les tensions communautaires dans les banlieues difficiles.

Pas sûr que Jean-Louis Borloo soit plus entendu aujourd'hui par les députés de la mission sur les immigrés âgés que lorsqu'il était ministre de la cohésion sociale en 2005.

Lien vers l'audition

Lien vers la mission d'information sur les immigrés âgés sur le site de l'Assemblée nationale