twitter facebook chevron-right
Législatives 2017

Législatives : échanges musclés entre La France Insoumise et les communistes

Les relations entre les deux mouvements, incapables de se mettre d’accord sur un accord en vue des législatives, se tendent de plus en plus. Dernier épisode, jeudi : la France Insoumise menace les communistes de poursuites judiciaires pour l’utilisation « usurpée » de l’image de Jean-Luc Mélenchon…
3 min

"Mise au point" et "Polémique". Jeudi, les négociations entre le parti communiste et la France Insoumise ont viré à une bataille de communiqués. Première salve, envoyée par Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, en début d’après-midi.

Communiqué-France Insoumise.pdf Voir

La France Insoumise "exige" que les candidats communistes aux législatives cessent "immédiatement" d’utiliser la photo de Jean-Luc Mélenchon pour leurs matériels de campagne.

En cause, des tract diffusés par exemple ici par le parti communiste de l’Oise :


Dans son communiqué, Manuel Bompard dénonce une "usurpation" visant à "gonfler artificiellement le score du PCF", et annonce de possibles poursuites judiciaires contre le parti de Pierre Laurent. "Nous ne comprenons pas l’agacement soudain de Manuel Bompard (…) L’heure est au rassemblement, pas à la polémique", temporise le porte-parole du PCF, quelques heures plus tard.

Interrogé par LCP, un proche de Pierre Laurent assure que ce tract a été diffusé avant le premier tour de l’élection présidentielle, alors que le parti communiste soutenait la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Au PCF, on évoque un moyen pour La France Insoumise de "faire pression sur les négociations en cours".

Depuis plusieurs mois, les négociations entre les deux formations politiques en vue des législatives sont au point mort. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon exige un rassemblement sous sa bannière, alors que le parti communiste propose une bannière commune, "La force du peuple à l’Assemblée nationale". Pierre Laurent l’a écrit notamment dans une lettre à Jean-Luc Mélenchon datée du 3 mai et rendue publique jeudi :

Lettre Laurent-PCF.pdf Voir

Vers un accord dans une cinquantaine de circonscriptions ?

Dans cette lettre, Pierre Laurent entend "trouver une issue positive" à ses discussions avec Jean-Luc Mélenchon et se dit prêt, en cas d’échec d’un accord national, à "examiner le cas de 30 circonscriptions pour chaque force". Une "proposition de repli" pour Pierre Laurent qui espère toujours trouver un accord dans "un maximum" de circonscriptions.

De son côté, la délégation de la France Insoumise a écrit jeudi après-midi à son homologue communiste afin de tenter de trouver un éventuel accord sur quelques circonscriptions.

Lettre France Insoumise Doc LCP.pdf Voir

Dans ce courrier que LCP s’est procuré, la France Insoumise répond à certaines demandes du parti communiste comme le fait de ne pas présenter de candidats face aux députés communistes sortants. Un point non négociable pour le Parti communiste.

La France Insoumise se dit prête à trouver un accord sur 52 circonscriptions en retirant des candidats de la FI dans la moitié de ces circonscriptions et que le PCF fasse de même sur la moitié restante.

"Règles de bonne conduite"

En revanche, dans les circonscriptions où il n’y aurait pas d’accord, la France Insoumise réclame "des règles de bonne conduite" pour les candidats communistes, à savoir "la non- utilisation du nom et de l’image de Jean-Luc Mélenchon et la non-utilisation du logo du Front de gauche puisque les composantes sont divisées".

Le parti communiste a demandé une nouvelle réunion, sans réponse pour le moment de la part de la France Insoumise qui pose un ultimatum pour trouver une solution commune : le 9 mai prochain.

Astrid de Villaines et Nathalie Guillouard