twitter facebook chevron-right

"#MoiCollab" : la fronde des assistants parlementaires

2 min

C'est par voie de presse et "sur Twitter" qu'ils ont appris la nouvelle : les assistants parlementaires du groupe SRC à l'Assemblée n'ont plus le droit de participer à la réunion de groupe la plus politique de la semaine : celle du mardi matin. Bruno Le Roux l'a décidé, il n'a pas l'intention de revenir sur sa décision. Étonnés et très remontés, les collaborateurs parlementaires se réunissent et demandent à rencontrer Bruno Le Roux. Sur Twitter, ils disent tout le mal qu'ils pensent de cette nouvelle, entre colère et ironie.

Leur combat est très soutenu sur le réseau social :

Mais la fronde se manifeste surtout sur Twitter. Les associations refusent de communiquer et ne parlent pas face aux caméras. Elles obtiennent leur rendez-vous avec Bruno Le Roux mercredi après-midi mais celui-ci ne cèdera pas. Interrogé juste avant leur rencontre, il minimise cette décision qui ne représente qu'"une ligne sur trois pages" d'un document envoyé aux députés pour rendre compte des nouvelles mesures de discipline au sein du groupe. Un document que les assistants parlementaires disent ne pas avoir reçu pour le moment.

Bruno Le Roux assume cette mesure. Il critique ouvertement une attitude générale de leur part. "Il n'est pas normal que les députés ne trouvent pas de place quand ils arrivent" ou encore "ils n'ont pas à applaudir certains députés". Ferme, le président du groupe SRC assure que cette décision intervient "après plusieurs mois de mises en garde" et qu'elle a été prise "à la demande de la très grande majorité de députés". A-t-il prévenu par écrit les assistants parlementaires de cette nouveauté ? Le député répond "Je ne vois pas en quoi je dois m'adresser par écrit aux collaborateurs parlementaires".

De leur côté, les associations représentatives de collaborateurs parlementaires de gauche n'ont officiellement pas voulu communiquer sur ce sujet. Les assistants parlementaires demandent depuis longtemps un véritable statut et sont actuellement en négociations avec la questure de l'Assemblée nationale, comme l'ensemble de leurs collègues d'autres groupes parlementaires.