twitter facebook chevron-right

Les petits changements de communication de Jean-Marc Ayrault

3 min

C'est assez rare pour être remarqué : Jean-Marc Ayrault a parfaitement réussi sa semaine politique. Premier "fait d'arme" : un tweet, mercredi matin, devant les studios de France Inter. Il est posté du compte officiel de Matignon et veut prouver la proximité du Premier ministre avec les citoyens :

Juste après, c'est sur France Inter que le Premier ministre poursuit son opération reconquête. Il critique, sans détour, la communication de Jérôme Cahuzac interviewé la veille par Jean-François Achili sur BFMTV/RMC. "On n'est pas en Amérique, on est en France" commence le Premier ministre qui affirme ne pas avoir regardé jusqu'au bout cette interview-confession jugée "pathétique".

Le Premier ministre va même jusqu'à utiliser l'humour, chose rare de la part de l'ancien président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Il ironise sur la "part d'ombre" de Jérôme Cahuzac : "Ma part d'ombre, c'est mon combi Volkswagen", en référence à son véhicule des années 1970 déclaré dans son patrimoine. "Je vous emmènerai faire un tour" conclut, en souriant, un Jean-Marc Ayrault nouveau.

Autre "coup de maître", à midi. Invité de la presse parlementaire, Jean-Marc Ayrault lâche une phrase qui va faire mouche auprès des journalistes. Interrogé sur les ambitions supposées de Claude Bartolone pour briguer Matignon, Jean-Marc Ayrault joue encore l'ironie : "Pour être au gouvernement, il faut publier son patrimoine" lance-t-il en référence aux refus répétés du président de l'Assemblée nationale pour que les députés publient leur patrimoine. Une mesure pourtant réclamée par l’exécutif. Sur Twitter, l'éditorialiste à Sud-Ouest Bruno Dives repère l'évolution de ton de Jean-Marc Ayrault :

Même énergie pendant les questions au gouvernement. Fait nouveau de la semaine : Jean-Marc Ayrault répond lui-même aux questions de l'opposition. Lors de cet échange mardi avec Xavier Bertrand, le député UMP attaque le Premier ministre sur ce thème : "Un Premier ministre normal daigne répondre à l'opposition", commence l'ancien ministre, "Comme bien évidemment vous ne me répondrez pas..." poursuit-il. Jean-Marc Ayrault saute sur l'occasion et répond en personne.

Le lendemain, sa réponse virulente au député UMP Philippe Meunier est saluée par de longs applaudissements venus de la majorité :

Et même par la presse :

Jeudi, c'est un Jean-Marc Ayrault détendu, souriant et le teint halé qui se présente face à la presse devant Matignon pour évoquer un séminaire sur la compétitivité. Fait rare, il se dit même prêt à répondre aux questions des journalistes. Dans la gestuelle, une évolution aussi qui fait penser à celle de François Mitterrand, en tout cas sur la posture des mains.

Depuis deux semaines, Jean-Marc Ayrault a un nouveau directeur de la communication : Jérôme Batout, 33 ans, ex-directeur des Affaires publiques de l'entreprise de communication Publicis Consultants. D'après les informations du Monde, il a notamment été nommé pour préparer le Premier ministre à une grande émission de télévision courant avril. A suivre !

+ D'infos : comment Volkswagen France profite de la communication du Premier ministre, et le fait savoir sur Twitter !