twitter facebook chevron-right

Le web-documentaire de Matignon passe inaperçu

2 min

Pourtant très bien réalisé, innovant et de bonne qualité, le web-documentaire mis en ligne sur le site de Matignon le 23 janvier dernier a fait un bide. Pas une reprise presse avant celle-ci, seulement 10 000 visiteurs depuis deux semaines.
"Les visites progressent doucement", se défend Philippe Guibert, directeur du Service d'information du gouvernement (SIG) et initiateur du projet. "Il faut dire qu'on l'a publié à bas bruit, le but n'était pas de faire un tapage extrême".

"Jean-Marc Ayrault : quelqu'un de détendu, qui fait sourire dans les réunions"

"Regards croisés" a été réalisé au cours de l'été par l'agence Upian qui a remporté l'appel d'offre. Il a coûté 50 000 euros. Il met en scène les conseillers de Jean-Marc Ayrault, dans une stratégie qui fait penser à celle de la Maison Blanche. Le Premier ministre n'allant pas jusqu'à poser ses pieds sur le bureau, mais main dans la poche et sourire aux lèvres. "Il est comme ça", assure Philippe Guibert, qui raconte les coulisses du shooting : "On n'a pas cherché particulièrement à mettre cela en avant, mais c'est quelqu'un de détendu. Il n'est pas dans la mauvaise humeur, il fait même sourire dans les réunions".

A voir également dans cette visite guidée de l'hôtel de Matignon : des documents historiques, des fiches pédagogiques. "J'ai de nombreux amis universitaires qui s'en servent avec leurs étudiants", explique le directeur du SIG. En archives : Dominique de Villepin et François Fillon. Une volonté de ne pas effacer les prédécesseurs de droite comme l'avait fait le site de l’Élysée avec Nicolas Sarkozy, suscitant une vague d'indignation ? "Absolument pas, assure Philippe Guibert. "C'est un documentaire sur Matignon, sur son fonctionnement. On n'allait pas se cantonner à Jean-Marc Ayrault".

"Un web-documentaire de cette ampleur n'a jamais été fait pour un site public"

"De cette ampleur et de cette qualité, un web-documentaire n'a jamais été fait sur un site public", ajoute M. Guibert. C'est devenu très tendance pour les sites institutionnels ou politiques de s'inspirer de pratiques journalistiques. "C'est ce qui marche le mieux", confirme M. Guibert. L’Élysée aussi, depuis la refonte de son site internet, s'inspire des sites d'informations. Le service internet de la présidence met régulièrement en ligne des "reportages" pour rendre compte d’un déplacement du chef de l’État. Ces "reportages" étant bien sûr entièrement au service de la communication du chef de l’État.

En images : découvrir le web-documentaire à 1'30