twitter facebook chevron-right

Conclave connect : suivez l'élection du pape sur internet

5 min

Quelques heures avant le début du conclave, les journalistes s'inquiètent sur Twitter "Quelqu'un aurait-il une liste avec tous les cardinaux ?" "Quoi, les cardinaux tweetent ?". Et bien oui, les cardinaux se connectent ainsi à leurs fidèles et leur transmettent des pensées, des prières ou des demandes particulières. Ils sont une vingtaine, sur 115, à posséder un compte Twitter, ce qui relativise tout de même le nombre de "geeks" parmi les plus hauts représentants de l'église. (Liste des cardinaux sur Twitter).

Chacun envoie ses dernières impressions avant d'être totalement déconnecté jusqu'à l'élection du prochain pape. Les cardinaux ont en effet interdiction de tweeter (et de téléphoner cela va sans dire) pendant le conclave. Les ondes ne peuvent pénétrer la chapelle Sixtine qui a été équipée de brouilleurs pour préserver les cardinaux de toute influence extérieure.

Parmi les twittos actifs, le cardinal de Los Angeles, Mgr Mahony. Il a posté son dernier tweet quelques heures avant le début du conclave et appelle ses followers à "prier" pour les cardinaux réunis :

Quelques heures avant, il relatait les activités des cardinaux avant l'ouverture du conclave. Au programme : prières et révision des biographies de chaque candidat-électeur : les 115 cardinaux présents au Vatican.

S'il est élu pape (peu de chances), Monseigneur Mahony n'aura donc pas besoin d'utiliser le compte officiel du pape, laissé vacant par Benoît XVI. Celui-ci avait créé un compte Twitter au mois de décembre dernier, @pontifex, pour communiquer avec les fidèles. Il a été renommé "siège vacant" et est donc prêt à accueillir le prochain pape :

En France, les cardinaux ont un community manager tout trouvé, le directeur de la communication du cardinal Barbarin. Il a tweeté, juste avant le conclave : "grand silence" de la part des trois cardinaux en question, juste avant leur arrivée dans la résidence du Vatican, Santa Marta.

Mais Pierre Durieux continue d'assurer la com' de son patron, à quelques minutes du fameux "extra omnes", "que tout le monde sorte" qui marque l'ouverture officielle du conclave :

Paris en ligne et "adopte un cardinal.org"

Sur le net, les bookmakers, notamment anglais, se régalent de cette élection papale. Les sites de paris en ligne proposent de miser sur le nom du successeur de Saint Pierre. Parmi les pressentis (ceux qui ont la cote la moins élevée), l'italien Angelo Scola et le ghanéen Peter Turkson sont très souvent cités. Ils ont tous les deux leur chance à la tête de l'institution.

Le site français unibet.fr propose lui de parier gratuitement pour tenter de remporter un voyage à Rome. Il s'agit de trouver le nom du prochain pape, son âge, le continent duquel il provient, combien de scrutins son élection aura nécessité et combien de temps il restera au balcon face à la foule une fois élu, rien que ça !

Pour les plus croyants, il est même possible d'adopter un cardinal en ligne. Le site "adopteuncardinal.org", qui s'inspire librement et avec humour du site de rencontre "adopteunmec.com" propose à chaque internaute d'adopter un cardinal et de s'en occuper jusqu'à la fin du conclave. Attention, pas de casting dans ce site qui a reçu l'approbation du Vatican. C'est l'ordinateur qui choisit le cardinal dont chaque internaute a la charge. Il s'agit ensuite de l'accompagner "par la prière" afin de l'encourager. Plus de 500 000 personnes se sont déjà inscrites pour ce parrainage virtuel.

Des webcams 24h/24 au Vatican

Le site du Vatican a tout prévu pour ceux qui veulent voir la fumée noire ou blanche en direct, sans regarder la télévision : des webcams, branchée en permanence sur la place saint Pierre sont accessibles sur le site officiel afin de ne rien rater des différents scrutins. Un rafraîchissement de la page est néanmoins nécessaire pour voir évoluer l'image...

Enfin, certains prennent avec un peu plus de légèreté ce scrutin. C'est le cas de Roselyne Bachelot et Michèle Delaunay la ministre en charge des personnes âgées. Très active sur Twitter, cette dernière a l'habitude de réagir à presque chaque buzz ou fait d'actualité pour en faire un lien avec son combat pour les séniors. L'élection papale, qui n'autorise pas les cardinaux âgés de plus de 80 ans à se présenter, un prétexte tout trouvé pour la ministre accro aux réseaux sociaux :

Une réflexion à laquelle Roselyne Bachelot apporte son avis sur la question. Et l'ancienne ministre de la Solidarité de s'étonner qu'il n'y ait pas encore de cardinales féminines :

C'est peut-être parce qu'elles ont partagé le même ministère, mais les deux twitteuses semblent très bien s'entendre. Michel Delaunay, prochaine invitée du Grand 8 ?

En vidéo :