twitter facebook chevron-right

Retour des enfants de jihadistes: Bay veut d'abord "protéger la France"

S'il faut "essayer autant que possible de protéger" les enfants de jihadistes de nationalité française, l'"important" est "de protéger la France", a estimé vendredi Nicolas Bay, vice-président du Front national.

Nicolas Bay à Brachay le 9 septembre 2017Nicolas Bay à Brachay le 9 septembre 2017

S'il faut "essayer autant que possible de protéger" les enfants de jihadistes de nationalité française, l'"important" est "de protéger la France", a estimé vendredi Nicolas Bay, vice-président du Front national.

"S'agissant d'enfants (de jihadistes, ndlr), s'ils sont de nationalité française évidemment, il faut essayer autant que possible de les protéger, mais ce qui est important aujourd'hui, c'est de protéger la France", a déclaré M. Bay sur LCP.

"Les djihadistes français ont pris des risques en allant là-bas, ils ont commis des atrocités (...), ils encourent la peine de mort là-bas, ils ont pris ce risque-là, et donc ils doivent l’assumer maintenant", a également affirmé M. Bay, réagissant aux propos du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. "Les conjoints qui, de façon délibérée, les ont suivis sont dans le même cas", a-t-il ajouté.

"S'il y a des prisonniers en Irak, les choses sont simples, c'est aux autorités judiciaires irakiennes de traiter la situation des hommes et des femmes combattantes", a déclaré vendredi Jean-Yves Le Drian, ajoutant que le cas des enfants serait traité "au cas par cas".

Sébastien Chenu, porte-parole du FN, avait estimé jeudi que les enfants "français" de jihadistes "ont vocation à revenir sur le territoire français".

Pour "les mineurs, évidemment, il n'y a pas de problème", avait affirmé M. Chenu sur BFMTV et RMC. Pour lui, ceux qui reviennent doivent "être pris en charge ou par leurs familles s'ils en ont, et si ces familles-là n'ont pas de lien avec le terrorisme évidemment, ou bien être placés dans les administrations chargées de l'accueil de l'enfance".