twitter facebook chevron-right

Popularité: Macron et Philippe ont perdu 10 et 9 points depuis juillet

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont perdu respectivement dix et neuf points de popularité entre juillet et septembre, selon un sondage Ipsos pour l'hebdomadaire Le Point publié mercredi, confirmant la dégringolade du tandem exécutif dans l'opinion.

Le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe le 13 juillet 2013 à ParisLe président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe le 13 juillet 2013 à Paris

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont perdu respectivement dix et neuf points de popularité entre juillet et septembre, selon un sondage Ipsos pour l'hebdomadaire Le Point publié mercredi, confirmant la dégringolade du tandem exécutif dans l'opinion.

En deux mois, le chef de l'Etat a baissé au plus bas niveau d'un président en début de mandat, avec 32% de jugements favorables sur son action, contre 42% en juillet, selon le baromètre du sondeur, qui existe depuis 1996.

En septembre 2012, François Hollande émargeait à 44% d'opinions favorables, Nicolas Sarkozy à 64% en septembre 2007 et Jacques Chirac à 52% en septembre 2002, selon ce baromètre Ipsos.

Le soutien au chef de l'Etat chute notamment chez les sympathisants socialistes, parmi lesquels il tombe de 23 points en deux mois, à 39% d'opinions positives.

Seuls 4% des sondés ont une opinion "très favorable" du chef de l'Etat (-2), et 28% "plutôt favorable" (-8). Quelque 30% ont un avis "plutôt défavorable (+5), et 24% "très défavorable" (+7) à la question: "Quel jugement portez-vous sur l'action d’Emmanuel Macron en tant que président de la République?".

Quant au Premier ministre, il subit également cette dégringolade, indiquée par plusieurs autres sondages, à la question: "Quel jugement portez-vous sur l'action d’Edouard Philippe en tant que Premier ministre ?"

Il réunit 32% d'opinions favorables, contre 41% en juillet: 2% d'opinions "très favorables" (-4), 30% "plutôt favorables" (-5), 28% "plutôt défavorables" (+6) et 20% "très défavorables" (+6).

Enquête réalisée les 8 et 9 septembre via Internet par la méthode des quotas, auprès de 988 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française majeure.