twitter facebook chevron-right

Polémique sur les vacances: LFI a "très bien" joué son rôle dit Coquerel

Le député LFI Eric Coquerel a insisté vendredi sur l'assiduité depuis le début des débats et le travail "bien fait" des députés de La France insoumise en réponse à la polémique sur des propos de Jean-Luc Mélenchon sur les vacances.

Eric Coquerel lors d'une conférence de presse à Paris le 27 juin 2017Eric Coquerel lors d'une conférence de presse à Paris le 27 juin 2017

Le député LFI Eric Coquerel a insisté vendredi sur l'assiduité depuis le début des débats et le travail "bien fait" des députés de La France insoumise en réponse à la polémique sur des propos de Jean-Luc Mélenchon sur les vacances.

"Pour mieux préparer la rentrée et s'opposer au projet sur la loi Travail on a besoin de se reposer comme tous les Français, je pense que c'est admettre qu'on n'est pas des surhommes ni des surfemmes mais je pense qu'on joue très bien notre rôle de député", a déclaré Eric Coquerel sur le plateau de franceinfo.

"L'Assemblée nationale convoquée le 9 août! Le renouveau politique En Marche: voter la nuit se réunir en août", a tweeté mardi l'ancien candidat à la présidentielle qui avait évoqué le besoin de vacances des députés par ailleurs dans une vidéo.

"Je ne serai pas là le 9 août, nous faisons une rotation de groupe, on a tenu à être tous là, à 17 (députés) pendant la loi travail. Je pense que nous avons le seul président de groupe (Jean-Luc Mélenchon, ndlr) qui a été tout le temps là, les autres on les a cherchés y compris (Richard) Ferrand la semaine dernière", a ajouté Eric Coquerel à propos du président du groupe de La République en marche.

Le député de Seine-Saint-Denis a justifié son absence pour la dernière séance sur le projet de loi sur la confiance dans la vie politique, en arguant que c'était "une loi organique votée mercredi et qui ne va plus être modifiée". Mercredi, "nous serons le nombre nécessaire et nous serons même proportionnellement plus important que les autres groupes", a-t-il évalué.

"Ce qui nous agace vraiment c'est de passer des ordonnances en plein été sur la loi travail qui est une loi de destruction massive du Code du travail", a encore précisé M. Coquerel.