twitter facebook chevron-right

Oeufs contaminés: Jadot dénonce l'"énième crise" d'un système "dangereux"

L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot a dénoncé vendredi sur RTL la crise des oeufs contaminés, "nouveau symptôme" d'un "modèle irresponsable et dangereux qui va produire de plus en plus de crises".

L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le 30 mars 2017 à ParisL'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le 30 mars 2017 à Paris

L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot a dénoncé vendredi sur RTL la crise des oeufs contaminés, "nouveau symptôme" d'un "modèle irresponsable et dangereux qui va produire de plus en plus de crises".

Invité à s'exprimer sur la crise des oeufs contaminés au fipronil, l'eurodéputé a fustigé un "un nouveau symptôme, une énième crise" du "modèle totalement concentrationnaire (de) l'élevage ultra-intensif". 

"Ce modèle-là est irresponsable, dangereux et va produire de plus en plus de crises sanitaires", a-t-il dit.

"Il faut absolument utiliser cette crise comme une opportunité pour revoir nos outils de politique publique et transformer notre agriculture", a-t-il affirmé, déplorant des "insuffisances", au niveau européen.

"A partir du moment où les marchandises circulent librement dans l'UE, il faut des agences européennes fortes et à l'abri des lobbies. Si l'agence néerlandaise n'a pas alerté, si l'agence belge n'a pas alerté, c'est parce que dans ces pays sont en train de se développer des élevages ultra-intensifs (qui) pourrissent les organismes, abîment l'environnement", a-t-il dit.

L'éphémère candidat à la dernière présidentielle a également appelé à un meilleur usage du budget de l'Etat: "chaque Français donne 120 euros par an à l'agriculture. Nous sommes en capacité d'exiger que cet argent soit utilisé pour sauver nos paysans", a-t-il soutenu. 

"Le gouvernement doit arrêter d'être complice de la direction de la FNSEA (premier syndicat agricole français, ndlr) et de l'agrobusiness qui sont en train de tuer l'agriculture française", a-t-il dit.

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert a vivement réagi, dénonçant un "mauvais procès".

"Comment peut-il dire: +y a un problème d'oeufs aux Pays-Bas, Belgique, Allemagne, c'est de la faute de la FNSEA+ ?", s'est insurgée la patronne du syndicat majoritaire, qui a indiqué que la France avait une agriculture "beaucoup plus diversifiée qu'aux Pays-Bas". 

"On peut tricher dans une petite exploitation comme dans un grande", a conclu Mme Lambert.