twitter facebook chevron-right

Macron à Alger pour réveiller les liens historiques franco-algériens

Le président français Emmanuel Macron entame mercredi matin en Algérie sa première visite en tant que président français, avec l'ambition de relancer les relations "privilégiées" mais compliquées avec ce pays, acteur-clé dans la lutte contre les groupes armés au Sahel.

Le président français Emmanuel Macron entame mercredi matin en Algérie sa première visite en tant que président français, avec l'ambition de relancer les relations "privilégiées" mais compliquées avec ce pays, acteur-clé dans la lutte contre les groupes armés au Sahel.

Le chef de l'Etat devait arriver en milieu de matinée à Alger, où il ira au contact des habitants en remontant une des principales avenues du centre de la capitale, après avoir déposé une gerbe au monument des martyrs de la Guerre d'Algérie (1954-1962).

Dans l'après-midi, il rendra visite à son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, dans sa résidence médicalisée de Zéralda, dans la banlieue ouest d'Alger.

Affaibli par les séquelles d'un AVC survenu en 2013, qui a affecté sa mobilité et son élocution, le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, reçoit peu de dignitaires étrangers.

Cette visite "d'amitié et de travail" était espérée à Alger depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, salué comme un "ami de l'Algérie" par M. Bouteflika après sa victoire à la présidentielle française de mai.

Depuis Valéry Giscard d'Estaing en 1975, la visite à Alger est en effet incontournable pour les présidents français, en raison des relations historiques nées de 130 ans de colonisation (1830-1962). Ce qui fait qu'elles sont "souvent mouvementées, comme celles d’un vieux couple", selon l'universitaire algérien Abderrahmane Mebtoul.

L'Elysée souhaitait qu'une visite présidentielle soit organisée "rapidement, pour marquer la profondeur et la densité des liens entre les deux pays".

D'autant qu'Alger avait mal pris qu'Emmanuel Macron choisisse, dès début juin, le Maroc - voisin et rival - pour son premier déplacement au Maghreb.

Lors de ses entretiens avec les dirigeants algériens, dont le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le président français devrait aborder les crises au Sahel et en Libye qui préoccupent fortement les deux pays.

"L'Algérie a une expérience dans les luttes contre le terrorisme et la radicalisation", rappelle-t-on à l'Elysée.

Alger, qui dispose de nombreux relais d'influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l'impatience de Paris.

Emmanuel Macron tentera d'accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d'une réunion le 13 décembre à Paris.

Parallèlement, l'association les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes de RFI tués au Mali en 2013, a dit espérer que la visite du président français à Alger fasse progresser l'enquête, alors que les assassins présumés seraient basés dans le Sud de l'Algérie, selon les juges d'instruction.

- 'Tourner la page' -

Mais Emmanuel Macron est aussi attendu sur la "question de la mémoire" liée à la colonisation française, qu'il avait qualifié de "crime contre l'humanité" lors de sa précédente visite à Alger, durant la campagne présidentielle.

"L'opinion algérienne attend de Macron qu'il honore sa promesse de campagne, lui, qui, candidat à l'Elysée, avait promis d'oser plus que l'ont fait ses prédécesseurs sur la reconnaissance du fait colonial", a écrit le quotidien francophone Liberté.

Mais le premier président de la Ve République né après la Guerre d'Algérie, insiste désormais sur la nécessité de "tourner la page".

Il devrait ainsi répéter à Alger son message proclamé lors de sa récente tournée en Afrique de l'Ouest: "Ni déni, ni repentance. On ne peut pas rester piégé dans le passé".

Parmi les gestes symboliques souhaités à Alger, la restitution par la France de crânes de résistants algériens tués dans les années 1850 qui sont conservés au Musée de l’Homme à Paris ou celui d'un canon qui défendait le port d'Alger et qui trône à l'arsenal de Brest.

Emmanuel Macron est accompagné d'artistes et de quelques hommes d'affaires alors que Paris et Alger cherchent à donner une nouvelle impulsion à leurs liens économiques.

"La tendance n'est pas bonne et il est temps de redresser la barre", a estimé en novembre à Alger le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire.

La France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d'autres pays européens.

A l'issue d'une conférence et d'une rencontre avec la communauté française, M. Macron s'envolera en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar.