twitter facebook chevron-right

Législatives/Polynésie: deux candidats de la majorité locale et un indépendantiste élus

Deux des trois candidats soutenus par la majorité locale du président Édouard Fritch, Maina Sage et Nicole Sanquer, ont été élus samedi (dimanche à Paris) au second tour des élections législatives en Polynésie française, mais le troisième, Patrick Howell, a été battu par l’indépendantiste Moetai Brotherson.

Maina Sage (UDI) députée de la 1re circonscription de Polynésie Française, le 9 juillet 2014 à l'Assemblée nationaleMaina Sage (UDI) députée de la 1re circonscription de Polynésie Française, le 9 juillet 2014 à l'Assemblée nationale

Deux des trois candidats soutenus par la majorité locale du président Édouard Fritch, Maina Sage et Nicole Sanquer, ont été élus samedi (dimanche à Paris) au second tour des élections législatives en Polynésie française, mais le troisième, Patrick Howell, a été battu par l’indépendantiste Moetai Brotherson.

Les deux députés autonomistes veulent "venir en soutien de la majorité présidentielle", a déclaré à l'AFP Maina Sage, qui était la seule députée sortante à se représenter.

Moetai Brotherson, gendre du leader autonomiste Oscar Temaru, crée la surprise dans la troisième circonscription. Il est le premier indépendantiste polynésien élu à l’assemblée nationale. Avec 52,5% des voix, il l’emporte face à l’ex-ministre de la Santé d’Édouard Fritch, Patrick Howell.

Dans la première circonscription, Maina Sage (68,3%) gagne très largement face à Moana Greig. Dans la deuxième, Nicole Sanquer (64,1%) bat Teura Iriti. Dans ces deux circonscriptions, les vaincus sont des proches de Gaston Flosse. Son parti, qui a remporté la grande majorité des sièges de parlementaires depuis les années 80, repart donc bredouille de ces élections.

La faible participation (entre 45 et 50% selon les circonscriptions) est toutefois supérieure à celle du premier tour (42%).

Ces législatives sont considérées en Polynésie comme un galop d’essai avant les Territoriales, l'élection majeure de cette collectivité: elle permettra en 2018 d’élire les représentants à l'assemblée et le président de la Polynésie française. Édouard Fritch, net vainqueur ce samedi, partira donc en position de force face à son ancien mentor Gaston Flosse, inéligible. Mais l’indépendantiste Oscar Temaru a démontré qu’il faudrait aussi compter avec lui.