twitter facebook chevron-right

Laurent (PCF) veut "constituer le groupe de gauche le plus fort possible" au Parlement européen

"Il faut arriver à constituer, dans le Parlement européen, le groupe de gauche le plus fort possible" à l'issue des élections européennes de 2019, a déclaré vendredi Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF).

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), le 21 novembre 2017 à ParisPierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), le 21 novembre 2017 à Paris

"Il faut arriver à constituer, dans le Parlement européen, le groupe de gauche le plus fort possible" à l'issue des élections européennes de 2019, a déclaré vendredi Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF).

"Il y a entre Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et nous, des différences" sur la question de l'Union européenne, a convenu le sénateur de Paris au micro de Radio classique, indiquant que son parti allait "rencontrer tout le monde avant de prendre (ses) décisions en mars prochain".

Pierre Laurent appelle également La France insoumise, le mouvement de Benoît Hamon et les communistes à "travailler ensemble" sur les chantiers nationaux.

Il espère "retrouver le chemin d'une coopération politique dans lequel les communistes ont évidemment un rôle à jouer", indiquant qu'il serait "utile à la démocratie" que lui aussi soit invité à l'Emission politique de France 2, comme le chef de file des Insoumis jeudi.

"Jean-Luc Mélenchon pense que La France insoumise peut incarner à elle seule l'opposition à la politique d'Emmanuel Macron. Je pense que ça n'est pas raisonnable et qu'il faut trouver les chemins d'une coopération politique entre les forces qui s'opposent à la politique d'Emmanuel Macron pour y substituer des politiques de progrès social et écologique", a-t-il affirmé.

Selon Pierre Laurent, "être communiste aujourd'hui est de grande actualité parce que le XXIe siècle est un siècle qui va devoir se poser la question du post-capitalisme" et "inventer une autre logique de développement".