twitter facebook chevron-right

Jean-Pierre Elkabbach rejoint iTELE pour le lancement de CNEWS

Jean-Pierre Elkabbach rejoint iTELE pour le lancement prochain de CNEWS, où il "assurera des interviews politiques et de grands entretiens", a indiqué mercredi la direction de Canal+ dans un communiqué.

Le journaliste Jean-Pierre Elkabbach, le 18 janvier 2013 à ParisLe journaliste Jean-Pierre Elkabbach, le 18 janvier 2013 à Paris

Jean-Pierre Elkabbach rejoint iTELE pour le lancement prochain de CNEWS, où il "assurera des interviews politiques et de grands entretiens", a indiqué mercredi la direction de Canal+ dans un communiqué.

Le journaliste de 79 ans, qui a été récemment écarté de l'interview matinale d'Europe 1, est également nommé conseiller auprès de la direction générale du groupe Vivendi/Canal "pour son développement", précise la direction de Canal+ dans son communiqué. 

La direction d'Europe 1 avait averti que Jean-Pierre Elkabbach devrait quitter l'antenne de la radio au cas où il rejoindrait iTELE. Il n'a d'ailleurs pas animé "Le grand rendez-vous" dimanche dernier.

Professionnel infatigable, parfois brocardé pour ses amitiés politiques supposées, Jean-Pierre Elkabbach est entré en 1982 à Europe 1, où il a pris les commandes de l'interview politique du matin en 1987. Il a dirigé la station entre 2005 et 2008.

Pour renouveler son antenne, la chaîne d'information iTELE a également approché Patrick Poivre d'Arvor, 69 ans -ce que l'ex-présentateur du JT de TF1 a confirmé à l'AFP mardi-, ainsi que l'ex-présentateur du journal de France 2 et ex-conseiller du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) Rachid Arhab, 61 ans.

La chaîne cherche de nouvelles têtes d'affiche pour remonter son audience, laminée depuis la grève de 31 jours en octobre-novembre contre les nouvelles orientations de la direction. 

A l'issue de ce mouvement, 98 salariés sur 180 ont décidé de quitter la chaîne, qui faute d'effectifs suffisants n'a pu assuré de direct pendant les week-ends des fêtes. La direction de Canal+ est convoquée mercredi devant le CSA pour évoquer l'avenir de la chaîne.