twitter facebook chevron-right

Irma: Hamon juge "déplacée" la polémique politique

Benoît Hamon, ancien candidat PS à la présidentielle, a jugé "déplacée" lundi la "polémique politique, à 7.000 km d'un territoire dévasté, entre des gens pour qui tout va bien", sur la gestion en amont de l'ouragan Irma par le gouvernement.

Benoît Hamon le 24 août 2017 à DunkerqueBenoît Hamon le 24 août 2017 à Dunkerque

Benoît Hamon, ancien candidat PS à la présidentielle, a jugé "déplacée" lundi la "polémique politique, à 7.000 km d'un territoire dévasté, entre des gens pour qui tout va bien", sur la gestion en amont de l'ouragan Irma par le gouvernement.

"Je suis assez mal à l'aise avec cette polémique. On est à 7.000 kilomètres de Saint-Martin, on a une île dévastée, des populations traumatisées, des services publics qui sont à terre manifestement. J'imagine que l'Etat a essayé de répondre", a déclaré le fondateur du "Mouvement du 1er juillet" (M1717), sur RMC et BFMTV.

Appelé à réagir aux critiques d'une partie de l'opposition et aux appels à une commission d'enquête parlementaire lancés notamment par les députés Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Eric Ciotti (LR), M. Hamon a répondu qu'il ne se plaçait "pas sur cette logique-là". "Je trouve que cette polémique politique, à 7.000 km d'un territoire dévasté, entre des gens pour qui tout va bien, est un peu déplacée", a-t-il expliqué.

"Peut-être se posera la question de savoir s'il (l'Etat, ndlr) a correctement anticipé, et les leçons qu'il tire de cet évènement exceptionnel", a-t-il ajouté.

"Les leçons, c'est aussi de dire qu'on a un phénomène de plus en plus intense de cyclones, dont on sait qu'il est directement lié à l'augmentation du taux d'humidité, au réchauffement de la température, qu'il faut donc urgemment lutter contre le réchauffement climatique", a-t-il lancé.

Également interrogé sur les vols commis dans les territoires sinistrés, l'ancien élu socialiste a appelé à nuancer les différentes situations.

"S'il n'y a rien sur une île, prendre du sucre et de l'eau, évidemment que je le ferais (...) Après, prendre une télé, c'est pas pareil, surtout quand il n'y a pas d'électricité", a-t-il avancé. 

"Objectivement, celui qui prend un pack de six bouteilles d'eau, du sucre et du lait parce qu'il n'y a plus rien, c'est pas moi qui irait penser que la priorité, c'est de chasser cette personne-là", a-t-il assuré.

Irma a fait au moins dix morts et sept disparus dans les îles françaises, quatre dans la partie néerlandaise, selon le dernier bilan. Cela porte à 27 le total des personnes ayant trouvé la mort dans les Caraïbes.