twitter facebook chevron-right

Hollande ironise sur sa capacité de "révélateur de talents"

François Hollande a ironisé vendredi sur sa capacité de "révélateur de talents", dans une remarque sur son ex-ministre de la Culture Audrey Azoulay, devenue directrice générale de l'Unesco, mais largement comprise comme une référence à Emmanuel Macron son ministre de l'Economie, devenu chef de l'Etat.

Francois Hollande, le 1er décembre 2017 à Bordeaux

Francois Hollande, le 1er décembre 2017 à Bordeaux

François Hollande a ironisé vendredi sur sa capacité de "révélateur de talents", dans une remarque sur son ex-ministre de la Culture Audrey Azoulay, devenue directrice générale de l'Unesco, mais largement comprise comme une référence à Emmanuel Macron son ministre de l'Economie, devenu chef de l'Etat.

"Je suis fier d'être un révélateur de talents", a plaisanté en souriant l'ancien président, déclenchant les rires de l'assistance, lors d'un débat animé par des étudiants de l'Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux, dans le cadre des Tribunes de la Presse.

François Hollande à répondu aux questions des étudiants axées sur l'international, la culture notamment, et était interrogé sur l'Unesco. Il a estimé qu'Audrey Azoulay devait sa nomination à "son propre talent et l'appui qui lui a été donné", mais au-delà, a pu aussi convaincre grâce à certaines initiatives de la France qui ont marqué la communauté culturelle internationale.

Ainsi, a-t-il rappelé, au Mali, dans Tombouctou libérée de l'emprise djihadistes par les forces françaises, la France avait avec l'Unesco "pris l'engagement de restaurer des mausolées détruits et des manuscrits". Puis en Syrie et Irak, elle avait "pris position pour protéger des oeuvres afin qu'elles ne soient pas captées par des terroristes" de Daesh. Des positions auxquelles Mme Azoulay avait concouru, et qui avaient été "particulièrement relevées par les pays membres de l'Unesco", a-t-il souligné, voyant aussi dans cette nomination une marque du "soft power", de l'influence de la France.

L'ancien président a aussi déclenché l'hilarité dans la salle lorsqu'il a répondu avec malice à la question d'un étudiant liée à sa passion pour le football, qui lui demandait s'il avait "remis le maillot". "Pas encore mais j'ai repris l'entraînement. Je m'échauffe, tout doucement, pour être prêt à reprendre la compétition", a-t-il glissé François Hollande, avec un sourire appuyé.

A l'issue du débat, François Hollande s'est rendu à l'Hotel de Ville de Bordeaux, où le maire Alain Juppé l'a accueilli sur le perron, un "accueil républicain" suivi d'un entretien en tête à tête d'une quarantaine de minutes entre les deux hommes.