twitter facebook chevron-right

François Fillon a déjeuné avec Nicolas Sarkozy

François Fillon, englué dans l'affaire sur les emplois présumés fictifs de son épouse, a déjeuné mercredi avec Nicolas Sarkozy, à propos de qui il avait ironisé sur les ennuis judiciaires pendant la campagne de la primaire de la droite.

François Fillon (3e à droite) s'apprête à déjeuner avec Nicolas Sarkozy, à Paris, le 15 février 2017François Fillon (3e à droite) s'apprête à déjeuner avec Nicolas Sarkozy, à Paris, le 15 février 2017

François Fillon, englué dans l'affaire sur les emplois présumés fictifs de son épouse, a déjeuné mercredi avec Nicolas Sarkozy, à propos de qui il avait ironisé sur les ennuis judiciaires pendant la campagne de la primaire de la droite.

"Ca s'est très bien déroulé, dans une ambiance chaleureuse", s'est félicité l'entourage du candidat de la droite à l'issue de ce déjeuner qui a eu lieu à sa demande et dans les bureaux de l'ancien chef de l'Etat, rue de Miromesnil à Paris.

"Il est normal de faire un point avec l'ancien président dans le contexte d'une situation générale politique, économique, sociale extrêmement difficile", a précisé l'équipe de M. Fillon, en précisant que ce dernier s'était également entretenu mercredi matin au téléphone avec son autre rival à la primaire, Alain Juppé.

Il a ensuite quitté Paris pour Compiègne où il est attendu dans la soirée pour une réunion publique

"Le déjeuner a duré 1 heure 30, en tête-à-tête. C'était un entretien confiant, franc et chaleureux. Nicolas Sarkozy ne peut pas se désintéresser de la famille politique qui est la sienne", a-t-on commenté dans l'entourage de l'ancien président de la République.

Pendant la campagne de la primaire de la droite, M. Fillon avait attaqué Nicolas Sarkozy sur ses déboires judiciaires en lâchant notamment: "Imagine-t-on le général De Gaulle mis en examen ?"

Alors que circule dans certains médias l'idée que ce déjeuner visait à valider un ticket de M. Fillon avec François Baroin comme futur Premier ministre, un proche de Nicolas Sarkozy a démenti cette information.

"On est passé de +tout sauf Sarkozy+ à +SOS Sarkozy+", a ironisé le président du groupe PS à l'Assemblée, le député Olivier Faure.  

Dans un tweet, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis a lancé: "La reconstitution de l'axe Fillon/Sarkozy marginalise @alainjuppe. Et voilà @francoisbaroin intronisé Premier ministre".

"Après avoir pris son indépendance à la primaire, il vient chercher l'onction de l'ancien président. C'est un aveu de faiblesse. Ca laisse supposer qu'il est dans une posture de vassalité", a taclé pour sa part le député Olivier Falorni (DVG). 

"Qui aurait pu imaginer il y a deux mois que Nicolas Sarkozy serait le sauveur de François Fillon?", a-t-il ajouté.