twitter facebook chevron-right

Frais de représentation: la Ville de Paris demande à des maires LR de rembourser

La Ville de Paris a demandé à sept maires d'arrondissements Les Républicains de rembourser les quelque 11.000 euros d'indemnités reçus par chacun d'entre eux pour frais de représentation, faute d'avoir présenté leurs justificatifs de dépenses, une affirmation contestée par l'opposition.

La mairie de Paris, le 11 août 2014La mairie de Paris, le 11 août 2014

La Ville de Paris a demandé à sept maires d'arrondissements Les Républicains de rembourser les quelque 11.000 euros d'indemnités reçus par chacun d'entre eux pour frais de représentation, faute d'avoir présenté leurs justificatifs de dépenses, une affirmation contestée par l'opposition.

Une lettre de Mao Péninou, adjoint au Conseil de Paris de la maire PS Anne Hidalgo, dont l'AFP a eu copie, rappelle qu'une délibération votée en Conseil de Paris en 2014 prévoit que ces sommes doivent être justifiées annuellement.

"A ce jour", l'administration concernée "n'a reçu aucun justificatif de dépense de votre part malgré les relances", indique ce courrier adressé aux maires LR des Ier, Ve, VIe, VIIe, VIIIe, XVe et XVIe arrondissements, qui demande le remboursement intégral de ces 11.092 euros perçus pour 2016, "que vous devrez régler au Trésor Public".

Cette initiative suit la publication en octobre d'un rapport de la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France qui avait pointé un contrôle "a posteriori inexistant" sur ces dépenses.

Dans un communiqué, le groupe LR indique que les maires "ont transmis les relevés de comptes" demandés et "s'étonnent" de ce courrier.

"La manœuvre ne trompe personne. Alors que la maire de Paris est épinglée par une succession de rapports de la Chambre Régionale des Comptes sur les ressources humaines et les emplois de cabinets, celle-ci lance une diversion politicienne", indique un communiqué.

"Son cabinet pléthorique de 236 personnes excède largement le plafond de 145 collaborateurs fixé par le Conseil de Paris, il est sans commune mesure avec les ratios appliqués dans les autres collectivités qui conduiraient à limiter à 45 le nombre de collaborateurs de cabinet", ajoute le groupe qui demande à Anne Hidalgo "de se mettre en conformité avec les règles avant de donner des leçons aux autres".

L'exécutif parisien a été récemment épinglé par la Chambre régionale des Comptes d'Ile-de-France, qui a noté que les collaborateurs de cabinet de la maire et de ses adjoints étaient plus nombreux que ce qu'il avait lui-même décidé, un constat contesté par la Ville et dénoncé par l'opposition.