twitter facebook chevron-right

Estrosi: l'affaiblissement d'EI en Syrie va renforcer "la cinquième colonne" en France

Le maire LR de Nice Christian Estrosi a estimé vendredi que les victoires remportées sur le groupe Etat islamique (EI) en Syrie allaient "renforcer" la menace terroriste et la "cinquième colonne" présente selon lui en France.

Le président de la région PACA Christian Estrosi le 16 juillet 2016 à NiceLe président de la région PACA Christian Estrosi le 16 juillet 2016 à Nice

Le maire LR de Nice Christian Estrosi a estimé vendredi que les victoires remportées sur le groupe Etat islamique (EI) en Syrie allaient "renforcer" la menace terroriste et la "cinquième colonne" présente selon lui en France.

"On a rencontré des victoires importantes en Syrie (...) mais attention, les victoires remportées en Syrie, en Irak, au Mali" représentent "des menaces à un niveau plus élevé chez nous", a affirmé Christian Estrosi sur CNews.

"La cinquième colonne que j'ai dénoncée (...) elle est plus que présente aujourd'hui, parce qu'étant désormais extrêmement affaiblie en Syrie notamment, elle va se renforcer chez nous", a-t-il dit.

"A partir du moment où le terrorisme n'aura plus ses terres de prédilection pour pouvoir imposer sa vision", il voudra frapper en France, a-t-il ajouté, persuadé que la menace est "là, rampante".

M. Estrosi estime que les jihadistes français qui souhaitent rentrer "doivent être mis à l'isolement, arrêtés et définitivement empêchés de nuire" tout comme leurs "conjoints" qui "les ont accompagnés". Les enfants constituent en revanche "un problème humanitaire", qui doit être traité "au cas par cas", a-t-il dit.

L'élu de Nice estime que "le problème est l'islam radical". "Comment se peut-il qu'avec l'affaire Tariq Ramadan, les plus hauts dignitaires musulmans de notre pays ne soient pas les premiers à dénoncer le comportement de Tariq Ramadan ?", a-t-il demandé. "J'attends (...) du président Macron d'aborder ce sujet de face et de dire clairement les choses", a-t-il dit.

Pour M. Estrosi, "cette guerre" contre le terrorisme en France, "il faut la mener à l'israélienne". "Cela veut dire", par exemple, "que chaque citoyen qui a envie d'être volontaire (...) peut devenir lui-même un agent de sécurité, un auxiliaire de renseignement pour l'ensemble de nos propres services", pourquoi pas "avec une application sur un smartphone", a-t-il expliqué.