twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

Transparence de la vie publique : ce que les députés candidats à la présidentielle ont voté à l'Assemblée

Fillon, Hamon, Dupont-Aignan, Lassalle, Guaino : LCP.fr vous propose de revoir leurs positions lors des votes sur la transparence de la vie publique.
Moins de 2 min
AFP - Montage LCPAFP - Montage LCP

Ébranlé par l'affaire Cahuzac, François Hollande dénonce le 3 avril 2013 un "outrage fait à la République" et un "manquement à la morale républicaine". Il promet l'examen, par l'Assemblée nationale, d'un projet de loi visant à assurer "la publication et le contrôle sur les patrimoines des ministres et de tous les parlementaires".

Le 17 juin 2013, l'Assemblée nationale débute l'examen du projet de loi relatif à la transparence de la vie publique : ce texte oblige certains élus, dont les députés, à remplir une déclaration de patrimoine et d'intérêt. Pour contrôler leur véracité, une Haute autorité pour la transparence de la vie publique est créée.

Fillon vote six fois contre

Lors des votes, les députés se prononcent deux fois, sur la loi ordinaire et sur la loi organique : cette dernière, qui nécessite des conditions plus strictes pour être adoptée, modifie le code électoral.

Le 25 juin 2013, François Fillon vote contre les deux projets de loi sur la transparence. Il en fera de même les 23 juillet et le 17 septembre 2013. "Je récuse l’expression de moralisation de la vie politique, je récuse l’idée que les hommes politiques soient tous corrompus, comme on essaie en ce moment de le faire croire", explique-t-il sur le plateau du JT du 20 heures de France 2.

Affaire Penelope Fillon

Une position qui a une résonance particulière aujourd'hui, en pleine affaire sur l'emploi supposé fictif d'attachée parlementaire de son épouse, Penelope Fillon. Selon RTL, cette dernière avait été employée par François Fillon jusqu'en novembre 2013, soit quelques semaines avant que l'ancien Premier ministre ne soit contraint, par cette nouvelle loi, de publier sa déclaration d'intérêts...

Henri Guaino a lui aussi voté à six reprises contre le texte. Lors du premier vote, le 25 juin 2013, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle se sont abstenus s'agissant de la loi organique et se sont prononcés pour le projet de loi ordinaire. Nicolas Dupont-Aignan ne sera pas présent lors des votes suivants, les 23 juillet et 17 septembre 2013. Jean Lassalle, lui, votera deux fois favorablement le 23 juillet.

Benoît Hamon, qui était ministre et avait donc perdu sa qualité de député, n'a pas voté. Son suppléant, Jean-Philippe Mallé, a voté six fois pour le projet de loi.


(Infographie Jean-Philippe Gauchet)