twitter facebook chevron-right
Menstruations

Quarante sept propositions pour en finir avec le tabou lié aux règles

Laëtitia Romeiro Dias et Bénédicte Taurine, toutes deux membres de la délégation parlementaire aux droits des femmes, ont rendu les conclusions de leur rapport d'information sur les menstruations. Les deux députées mettent sur la table les enjeux à la fois sanitaires, éducatifs et économiques qui y sont liés. Elles veulent notamment enrayer la précarité menstruelle, qui touche plus d'un million de femmes en France.
4 min
Les rapporteures de la mission d'information sur les menstruations (LCP)Les rapporteures de la mission d'information sur les menstruations (LCP)

Un sujet encore tabou fait son entrée dans les débats parlementaires. Les députés Laëtitia Romeiro Dias (LaREM) et Bénédicte Taurine (LFI) ont présenté mardi 11 février à la délégation aux droits des femmes les conclusions de leur mission d'information consacrée aux menstruations. Laëtitia Romeiro Dias a salué devant ses collègues les "voix militantes qui ont permis l'éclosion dans le débat public" de cette thématique "encore très rare dans le milieu politique en général". Le rapport a été adopté à l'unanimité par la délégation.

Leur mission d'information a démarré en mai 2019. Celle qui a été confiée au Sénat a déjà rendu ses conclusions. Patricia Schillinger (LaREM) a proposé en octobre 2019 la gratuité des protections pour lutter contre la précarité menstruelle.

Avec 47 recommandations, les co-rapporteures alertent tant sur la composition des produits de protection, sur le taux de TVA qui leur est appliqué, que sur l'endrométriose, qui touche une femme sur dix. Pour espérer en finir avec le tabou des menstruations, le rapport préconise non seulement le lancement d'une campagne d'information, mais également la diffusion d'informations pratiques sur le sujet dès la classe de 6e.

Elles souhaitent également que les règles soient dissociées de l'éducation à la sexualité et aient leur propre place au sein des programmes scolaires. Un site d'information, semblable a celui qui existe sur la contraception (www.choisirsacontraception.fr), est aussi proposé.

Les informations manquent également au sujet de l'endométriose. Cette pathologie provoque de fortes douleurs pelviennes et des règles abondantes. Pour enrayer sa méconnaissance, le rapport conseille "d'intégrer un module spécifique consacré à l’endométriose et à sa détection dans la formation initiale de l’ensemble des professionnels de santé en lien avec cette pathologie".

L'idée d'inclure l'endrométriose et le fonctionnement des règles dans les visites médicales obligatoire entre 11 et 13 ans, puis entre 15 et 16 ans, est aussi suggérée.

Contraindre les fabricants à réglementer leurs produits

Laëtitia Romeiro Dias et Bénédicte Taurine espèrent imposer aux fabricants de protections de faire des "analyses régulières de la composition de leurs produits". Les substances toxiques visées sont notamment des dioxines, phtalates et pesticides, tous pointés du doigt par un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail en juin 2018. L'objectif est d'obtenir la publication annuelle de ces analyses sur le site internet des fabricants.

Les composants, qu'il s'agisse des matières premières ou de ceux qui sont nécessaires à la transformation des produits, ne sont pas toujours indiqués sur les notices ou les emballages. Une pratique que les rapporteures veulent imposer aux fabricants. Tout comme l'élaboration d'un "cahier des charges standardisé à l'ensemble de la profession" pour prévenir tout syndrome de choc toxique (SCT).

"On s'est aperçues qu'il y avait un problème au niveau de l'utilisation des tampons et des cups, qui sont parfois utilisés la nuit, sachant que le temps de port est limité entre quatre et huit heures"Bénédicte Taurine, députée de l'Ariège (LFI)

Pour en limiter le nombre, le rapport propose d'afficher de manière visible le temps maximal de port de protections internes (tampons et cups), qui doit se limiter à quelques heures d'affilée. "Il serait bien que la Haute autorisé de santé tranche ce débat une bonne fois pour toute", indique Bénédicte Taurine lors de la présentation du rapport à la délégation.

Celui-ci préconise d'indiquer en outre par un pictogramme qu'il est déconseillé de porter une protection interne au cours de la nuit. Les rapporteures entendent s'appuyer également sur le corps médical, et veulent introduire une procédure de déclaration obligatoire des cas de SCT. Elles attendent des professionnels de santé qu'ils puissent informer les femmes, et surtout les jeunes filles, des risques de SCT.

Lutter contre la précarité menstruelle

De nombreuses femmes sont aujourd'hui dans l'impossibilité de se procurer des protections menstruelles, faute de moyens. Ne pas pouvoir acheter, ni changer aussi souvent que nécessaire de protection menstruelle, en plus de porter atteinte à leur dignité, représente un risque sanitaire pour ces femmes.

Pour répondre à cette précarité menstruelle, enjeu prioritaire du rapport Romeiro Dias-Taurine, le déploiement de distributeurs de protections aux abords des gares, hôpitaux, pharmacies ou encore toilettes publiques est envisagé.

"On peut imaginer que pour les femmes en situation de précarité, on ait des systèmes de cartes prépayées qui soient distribuées par les associations"Laëtitia Romeiro Dias, députée de l'Essonne (LaREM)

Les rapporteures espèrent bénéficier de l'aide de l'Etat, pour éviter que ce dispositif ne pèse trop lourd sur les associations. Il est justement question de renforcer le soutien aux associations qui viennent en aide aux femmes sans domicile. Celles-ci oeuvrent à la fois sur des sites dédiés, mais aussi au cours de maraudes. D'après l'association Règles élémentaires, citée dans le rapport, 1,7 millions de femmes sont touchées par la précarité menstruelle en France.

Une distribution gratuite dans les universités françaises est également préconisée, ainsi que la multiplication des lieux de mise à disposition dans les collèges et lycées. Les co-rapporteures proposent d'expérimenter les distributeurs dans les toilettes des établissements scolaires.