twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

Quand ​​Jean-Luc Mélenchon tente d'effacer les références de gauche dans ses meetings

Lors du meeting de son mouvement "la France insoumise", le week-end dernier, le candidat à l'élection présidentielle a développé une nouvelle stratégie de communication. Envolés drapeaux, banderoles et (presque) l'Internationale. Explications.
2 min
Jean-Luc Mélenchon à Saint-André-Lez-Lille (Nord). AFP-Photo/Philippe HuguenJean-Luc Mélenchon à Saint-André-Lez-Lille (Nord). AFP-Photo/Philippe Huguen


Largement affranchi des partis politiques classiques, Jean-Luc Mélenchon va toujours plus loin pour attirer de nouveaux électeurs. À Lille le week-end dernier, le candidat de « La France Insoumise » a ainsi demandé à ses soutiens de venir sans drapeaux et sans signe extérieur d'appartenance à la gauche de la gauche. Prière également de ne plus chanter l'Internationale dans ses meetings... Une révolution pour des militants qui viennent, pour beaucoup, du parti communiste.

"Il faut être inclusif ! , a expliqué Jean-Luc Mélenchon à ses troupes. Si par vos rites ou vos manières de faire vous donnez l'impression qu'il faut avoir subi un bizutage pour pouvoir venir ici, on a perdu notre temps, vous le savez bien !" Pas question toutefois pour lui de braquer l'assistance. "Chacun fait comme il veut, c'est la liberté ici, ce n'est pas moi qui donne des ordres !.. », s'est-il empressé de préciser.



Une lumière bleue, des militants qui ont joué le jeu : à part l'ancienne usine textile du Nord qui accueille l'événement, rien ne peut laisser croire à un meeting de la gauche alternative. Pour lisser un peu plus son image, Jean-Luc Mélenchon a dévoilé ce week-end le nouveau logo de son mouvement conçu par le studio Street Press : la lettre "Phi" en grec, ou symbole de la philosophie. FI, qui représente également les deux initiales de son mouvement "France Insoumise" et qui ponctue désormais les hashtags officiels de ces événements comme ce weekend "LilleFI".

D'un point de vue graphique, Mélenchon n'oublie pas les militants de gauche qu'il représente : "Les uns verront un petit bonhomme qui ferme le poing, d'autres le signal symbolisé du genre féminin, d'autres verront ce qu'ils veulent au fond !". "FI c'est aussi le chiffre du nombre d'or", ajoute l'ancien étudiant en philosophie qui y voit surtout "l'amour de la sagesse". Manuel Bompard, son directeur de campagne, y voit également le chiffre 6 "pour la 6e République".



A peine son discours terminé, une Marseillaise est entonnée . Les partisans, prévenus que l'Internationale n'aurait peut-être pas lieu, lèvent le poing sur les paroles de Rouget de Lisle. Mélenchon quitte la tribune, et comme on pouvait s'y attendre, une Internationale est tout de même lancée par le public. Le candidat poursuit sa lancée, sans un mot? Mais finira par murmurer, du bout des lèvres, les paroles du chant révolutionnaire?



Pas sûr qu'il parvienne à imposer cette petite révolution, surtout s'il compte sur le soutien des communistes à qui il a lancé un appel ce week-end :