twitter facebook chevron-right

PSA : le dossier de la rédaction

Le gouvernement a présenté son plan de soutien à la filière auto. A l'Assemblée, jeudi, Philippe Varin, directeur général de PSA est auditionné . Retour sur le dossier social du gouvernement.
3 min

Mercredi, Arnaud Montebourg doit présenter son plan d'aide à la filière auto. Jeudi, le patron de Peugeot est auditionné par les élus.

Mercredi matin, le gouvernement a présenté son plan d'aide à la filière auto.

François Hollande a salué mercredi en Conseil des ministres le plan de soutien à la filière automobile, un "plan cohérent, global", et "inscrit dans la durée", a rapporté la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

Le gouvernement prévoit notamment un renforcement du bonus écologique pour les voitures "propres" dans son plan de soutien très attendu par un secteur automobile à la peine, à l'image de PSA qui a dévoilé mercredi l'ampleur de ses difficultés financières avant de détailler son plan de suppression de 8.000 postes.

Le gouvernement prévoit de faire passer le bonus pour les véhicules électriques de 5.000 euros à 7.000 euros et de 2.000 à 4.000 euros pour les hybrides, mais ce bonus sera conditionné au maitien des prix de ventes par les constructeurs.

Il prévoit aussi que l'Etat n'achète plus que des véhicules "à usage urbain" électriques. Le gouvernement devrait également demander la mise sous surveillance de l'accord de libre échange UE-Corée, accusé d'ouvrir la porte de l'Europe aux voitures coréennes très compétitives.

Le projet prévoit des facilités de financement pour les équipementiers et constructeurs en difficulté face à la baisse des ventes automobiles en Europe, et de réorienter des investissements déjà prévus vers la recherche et le développement (R&D).

Au total, 350 millions d'euros de crédits "d'investissements d'avenir" seront "réorientés" pour les constructeurs, la banque des PME Oseo devrait mobiliser 150 millions d'euros pour "soutenir" la trésorerie des sous-traitants, et ils pourront solliciter plus de 450 millions d'euros de financement.

Retour sur l'affaire PSA :

L'annonce a fait l'effet d'une bombe le 12 juillet dernier : PSA Peugeot-Citroën, 100 000 salariés en France, 14.3 milliards de chiffre d'affaire en 2012, annonce la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois d'ici à 2014 et la suppression de 8000 postes. En apprenant la nouvelle, les ouvriers du site sont sous le choc. Voir le reportage sur place de Pierre Lascar et Yohann Relat :

Le gouvernement s'empare immédiatement du dossier. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif dénonce un plan "caché" pendant la campagne électorale. Il exprime sa vive opposition au plan proposé, notamment en raison des dividendes versés par le groupe à ses actionnaires en 2011. La famille Peugeot est ensuite directement visée par le ministre et le ton monte entre les deux parties :

Le 14 juillet, lors de son interview télévisée, François Hollande affiche son opposition au plan "en l'état" et affirme qu'il faudra "le renégocier". Le chef de l’État insiste aussi sur la stratégie industrielle à mettre en place pour que "les véhicules français fabriqués en France soient davantage achetés". Une stratégie qui doit être dévoilée mercredi 25 juillet en conseil des ministres.

Reçu lundi par le Premier ministre à Matignon, Philippe Varin, le président du directoire de PSA fait savoir qu'il n'y aura pas de "licenciements secs", c'est à dire sans possibilité de reclassement ou de départ volontaire. Il assure que son entreprise fera "le maximum" pour "réindustrialiser" le site d'Aulnay. Des promesses auxquelles les syndicats ont du mal à croire. Ceux-ci ont appelé à un large rassemblement devant le siège de PSA pour protester contre le plan de fermeture. Ce jour là, PSA tient un Comité central d'entreprise (CCE) et le Conseil des ministres doit définir sa stratégie pour relancer le secteur de l'automobile en grande difficulté. Le point avec Ahmed Tazir :

Philippe Varin est auditionné parla Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale jeudi 26 juillet. Une audition à suivre en direct sur LCP et LCP.fr à 9h30

+ D'infos

Voir l'émission Ça vous regarde : "Plans sociaux, premiers défis du gouvernement"