twitter facebook chevron-right
Primaire de la droite

Pédago Primaire à droite : l' "opération vérification" de la haute autorité

Les candidats de la droite et du centre ont jusqu'à 18h00, vendredi, pour déposer leurs dossiers auprès de la Haute autorité de la primaire des Républicains. Douze jours seront ensuite nécessaires pour examiner l'ensemble des parrainages recueillis. La liste officielle des candidats sera connue le 21 septembre.
2 min
Les deux visages de la primaire de la droite et du centre : Anne Levade, présidente de la Haute autorité, et Thierry Solère qui dirige la commission d'organisation de la primaire (AFP Photo / François Guillot).Les deux visages de la primaire de la droite et du centre : Anne Levade, présidente de la Haute autorité, et Thierry Solère qui dirige la commission d'organisation de la primaire (AFP Photo / François Guillot).


Aujourd'hui, seul Bruno Le Maire a déposé un dossier complet à la Haute autorité chargée de l'organisation de la primaire des Républicains. Chez François Fillon, Alain Juppé ou encore Jean-François Copé, le dossier est presque bouclé, il ne manque qu'une chose : le fichier Excel et le listing de leurs parrainages? Un document-clé qui devrait être remis le plus tard possible pour prendre en compte tous les parrainages de dernière minute. En revanche, le match risque d'être plus compliqué pour certaines candidatures. Les dernières heures seront décisives pour Nathalie Kosciusko-Morizet, à qui il ne manquerait plus que quelques signatures pour valider son précieux sésame.

À la Baule, dimanche, Nathalie Kosciusko-Morizet a renouvelé son appel pour obtenir les parrainages nécessaires :


Ensuite, vendredi, ce sera le top départ pour la Haute autorité? Douze jours au cours desquels quatre personnes dédiées procéderont aux contrôles des dossiers pour vérifier la conformité des parrainages. La liste officielle des candidats sera rendue publique le mercredi 21 septembre.

Pour être candidat à la primaire de la droite et du centre, il faut réunir les signatures de 20 parlementaires, 250 élus et 2 500 adhérents.

Côté parlementaires, la procédure est très stricte : tout est vérifié, le bulletin comme la signature. Les contrôleurs passeront même un coup de téléphone à chaque signataire. La procédure a déjà commencé pour les candidats ayant déposé en avance leurs parrainages.

Attention : un seul parrainage est possible et c'est la première signature qui compte ! Cette règle provoque des situations cocasses : le député de Paris Pierre Lellouche, qui a parrainé François Fillon, soutient aujourd'hui Nicolas Sarkozy...

Côté élus, tout est vérifié avec coup de téléphone jusqu'au 250e élu.

Pour les adhérents, on croise les différents fichiers : celui des adhérents Les Républicains à jour de cotisation, puis le croisement des fichiers entre les candidats pour repérer d'éventuels doublons. Sans oublier enfin la vérification "physique" de chaque parrainage. Tous sont vérifiés avec pièce d'identité et signature conformes.

Flou dans le règlement

Petite bizarrerie du règlement découverte hier : un élu pourrait à la fois parrainer un candidat à la primaire en tant qu'élu et en tant qu'adhérent des Républicains. A la Haute autorité, on précise que la question sera réglée d'un point de vue "légal" et pas "politiquement". Une décision est attendue après le 9 septembre. Les candidats ont donc tout intérêt à venir avec plus d'adhérents que les 2 500 nécessaires, au cas où des parrainages d'élus seraient finalement annulés.

Au siège des Républicains, on confirme que seule la Haute autorité peut trancher les litiges, sauf si cela devait pénaliser certaines candidatures.

Annie Genevard, porte-parole des Républicains à Paris, mardi.


Germain Andrieux (avec Vincent Kranen)