twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

Présidentielle : Juppé renonce "une bonne fois pour toutes" et dénonce "l'obstination" de Fillon

L'ancien Premier ministre ne sera pas candidat à la présidence de la République. "Je n'ai pas l'intention de m'engager dans des tractations partisanes", a-t-il déclaré lors d'une déclaration à la presse à Bordeaux.
3 min

Alain Juppé renonce. Il ne sera pas le "plan B" : lundi, lors d'une brève conférence de presse, le maire de Bordeaux a annoncé qu'il ne "sera pas candidat à la présidence de la République".

Je n'ai pas l'intention de m'engager dans des tractations partisanes ni dans des marchandages de postes. Pour un gaulliste, ce n'est pas l’esprit de l'élection présidentielle.Alain Juppé

"Il est trop tard"

Devant la presse, Alain Juppé a livré un discours dans lequel affleurait de l'amertume : "Je remercie ceux qui, après avoir vivement critiqué ma ligne et mon projet, trouvent aujourd'hui en moi le projet qu'ils recherchent : mais il est trop tard."

Le maire de Bordeaux, qui reconnaît "ne pas incarner le renouvellement" désiré par les Français, explique également qu'il ne "peut pleinement répondre à l'exigence (d'exemplarité)". Alain Juppé a été condamné en 2004 dans l'affaire des emplois fictifs de la maire de Paris :

Je ne veux pas livrer mon honneur et la paix de ma famille en pâture aux démolisseurs de réputation.Alain Juppé

"L'impasse" François Fillon

L'ancien Premier ministre a également dénoncé un "gâchis". "François Fillon avait un boulevard devant lui", a regretté le maire de Bordeaux :

Le déclenchement des investigations de la justice à son encontre, son système de défense, fondé sur la dénonciation d'un prétendu complot et d'une volonté d'assassinat politique, l'ont conduit dans une impasse.Alain Juppé

Alain Juppé a également critiqué la manifestation de dimanche au Trocadéro, où plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées pour soutenir François Fillon : "Le noyau des militants et sympathisants LR s'est radicalisé."

"L'immaturité politique" d'Emmanuel Macron

Alain Juppé ne s'est pas privé de critiquer le leader d'En marche, raillant son "immaturité politique" et "la faiblesse de son projet" :


La "triste fierté" de Gilles Boyer

Plusieurs personnalités de droite ont salué la décision d'Alain Juppé. C'est le cas de son ancien directeur de campagne Gilles Boyer, qui a fait part de sa "triste fierté" sur Twitter.

Le député de Seine-et-Marne Franck Riester a salué la "grande dignité" et le "sens de l'intérêt général" du maire de Bordeaux. "Quelle leçon !", écrit sur Twitter ce proche de Bruno Le Maire. Pour sa part, le député des Français de l'étranger Thierry Mariani a regretté que "qu'Alain Juppé n'ai pas pu s'empêcher de dézinguer lui aussi François Fillon"

Le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis estime quant à lui qu'Alain Juppé "a éreinté François Fillon et Nicolas Sarkozy".