twitter facebook chevron-right
élection présidentielle de 2017

Présidentielle 2017 : qui est candidat ?

Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Nicolas Dupont-Aignan... Les prétendants à l'Élysée se sont multipliés ces dernières semaines. Le tour d'horizon de LCP.fr.
15 min
AFP. Montage LCP.AFP. Montage LCP.


Sans attendre - notamment - les représentants du parti Les Républicains et du PS, dix candidats se sont déjà déclarés : ils seront présents au soir du 1er tour de l'élection présidentielle de 2017... à condition de recueillir les fameuses 500 signatures d'élus. Une tâche qui peut s'avérer ardue pour les "petits candidats".

Marine Le Pen

Âge en 2017 : 48 ans

Mouvement politique : Front national
Annonce de sa candidature : 8 février 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : OUI (17,90%)

Site(s) de campagne : Carnets d'espérance, marinelepen.fr
Twitter : @MLP_officiel / Page Facebook officielle



"Je suis la candidate de la vérité, même si elle est dure à dire, même si elle est difficile à entendre." Marine Le Pen s'est déclarée candidate au début du mois de février 2016, trois mois après l'échec de son parti aux élections régionales. Le Front national était arrivé en tête dans 6 régions sur 13 mais avait été à chaque fois battu au second tour.

Son premier slogan de campagne : "La France apaisée".

Si elle veut continuer avec succès son opération de dédiabolisation, la candidate frontiste devra s'efforcer de contenir les prises de paroles intempestives de son père, récemment exclu du FN, et de sa nièce, la députée Marion Maréchal-Le Pen.


Jean-Luc Mélenchon

Âge en 2017 : 65 ans

Mouvement politique : La France insoumise
Annonce de sa candidature : 10 février 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : OUI (11,10%)

Site(s) de campagne : JLM2017.fr, melenchon.fr
Twitter : @JLMelenchon
Page Facebook officielle


Il a "proposé sa candidature" sans prévenir ses alliés du Front de gauche. Actant l'effondrement de ce cartel de partis particulièrement affaibli par la campagne des élections régionales, Jean-Luc Mélenchon se lance dans la campagne présidentielle sans le soutien du Parti communiste et sans l'étiquette du Parti de gauche qu'il a cofondé (nul doute cependant que ce dernier le soutiendra très largement).

À travers sa plateforme JLM2017, souhaite construire autour de sa candidature un mouvement citoyen susceptible de créer un programme participatif. Il exclut de participer à une primaire de la gauche, redoutant d'être battu par un candidat du Parti socialiste. Le Parti communiste, favorable à la primaire, espère quant à lui faire revenir Jean-Luc Mélenchon "dans un processus collectif".


Nicolas Dupont-Aignan

Âge en 2017 : 56 ans

Mouvement politique : Debout la France !
Annonce de sa candidature : 15 mars 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : OUI (1,79%)

Site(s) de campagne : debout-la-france.fr
Twitter : @dupontaignan
Page Facebook officielle


"Je suis certain que notre pays peut s'en sortir si on change de politique, si on change de personnel politique." Le député non inscrit de l'Essonne, qui a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle à la mi-mars 2016, tentera de faire mieux qu'en 2012 où il n'avait recueilli que 643 907 suffrages.

Adepte des "coups de com' ", ce souverainiste avait notamment traversé en mai 2014 la frontière italo-française avec une kalachnikov dans le coffre de sa voiture afin de démontrer que les frontières européennes étaient des "passoires".


Nathalie Arthaud

Âge en 2017 : 47 ans

Mouvement politique : Lutte ouvrière
Annonce de sa candidature : 14 mars 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : OUI (0,56%)

Site(s) de campagne : lutte-ouvriere.org
Twitter : @n_arthaud
Page Facebook officielle


Cette enseignante en économie, qui a eu la lourde tâche de succéder à Arlette Laguiller en 2012, n'avait recueilli que 0,56% des suffrages, bien loin des scores réalisés en 2002 (5,72%) et 2007 (1,33%) par la candidate historique de Lutte ouvrière.

Interrogée par Le Monde, la candidate de "LO" annonce la couleur : elle veut s'attaquer "aux profits de la bourgeoisie" afin que "les travailleurs aient des garanties". Présentant une "candidature de classe", Nathalie Arthaud veut "faire entendre le camp des travailleurs".


Jean Lassalle

Âge en 2017 : 62 ans

Mouvement politique : sans étiquette
Annonce de sa candidature : 17 mars 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : NON

Site(s) de campagne : jeanlassalle.fr
Twitter : @jeanlassalle
Page Facebook officielle



Le député non inscrit des Pyrénées a décidé de se présenter à l'élection présidentielle tout en se mettant en congé du MoDem. Une façon d'exprimer son désaccord avec la stratégie de François Bayrou, qui a décidé de soutenir Alain Juppé dans sa course à la primaire de droite. "La primaire, c'est pour les candidats stagiaires", a moqué Jean Lassalle sur Europe 1.

Personnage politique atypique, Jean Lassalle a effectué en 2013 une marche à travers la France pour recueillir les remarques des Français. Ce n'était pas le premier de ses faits d'armes : sept ans plus tôt, en 2006, il empêchait la délocalisation d'une entreprise située dans sa commune en menant une grève de la faim ; en 2003, il coupait la parole à Nicolas Sarkozy dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale en entonnant un chant béarnais... Et plus récemment, il a fait éclater de rire les députés lors d'une séance de nuit en affirmant qu'"à 8 ans, (il avait) un QI légèrement au dessus de zéro".



Philippe Poutou

Âge en 2017 : 50 ans

Mouvement politique : Nouveau parti anticapitaliste
Annonce de sa candidature : 20 mars 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : OUI (1,15%)

Site(s) de campagne : npa2009.org
Twitter : @PhilippePoutou / Page Facebook officielle



Cet ouvrier travaillant chez Ford sera de nouveau le candidat du NPA à l'élection présidentielle, après avoir déjà été désigné en 2012 par le Nouveau parti anticapitaliste à la place du très médiatique Olivier Besancenot, qui ne souhaitait pas se présenter une troisième fois. Le célèbre facteur sera l'un de ses porte-paroles lors de la campagne.

"Je n'arrive pas en terrain inconnu, même si on sait que ce sera une campagne compliquée", explique au Monde Philippe Poutou.
En 2012, ce novice en politique avait vécu une campagne très compliquée. Il était notamment apparu en grande difficulté fin 2011, sur le plateau d'On n'est pas couché.
Philippe Poutou axera sa campagne sur la "colère" ouvrière et s'adressera au monde du travail "qui doit reprendre confiance en lui", laisse entendre le message officialisant sa candidature.

Antoine Waechter

Âge en 2017 : 68 ans
Mouvement politique : Mouvement écologiste indépendant
Annonce de sa candidature : 31 mars 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : NON

Site(s) de campagne : m-e-i.fr


Le président du Mouvement écologiste indépendant se présente une seconde fois à l'élection présidentielle après les 3,78% récoltés en 1988. Âgé de 67 ans, il estime qu'une candidature de Nicolas Hulot "aurait facilité les choses pour tout le monde".

Antoine Waechter, qui assure être "sincère" et n'être "pas préoccupé par sa carrière politique", espère convaincre ceux qui ne veulent pas voter "ni pour les uns ni pour les autres", ni "pour Marine Le Pen" .

Jacques Cheminade

Âge en 2017 : 75 ans

Mouvement politique : Solidarité et Progrès
Annonce de sa candidature : 4 avril 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : OUI

Site(s) de campagne : http://www.solidariteetprogres.org/
Twitter : @JCheminade / Page Facebook officielle


Candidat en 1995 (0,28%) et 2012 (0,25%), Jacques Cheminade va une nouvelle fois tenter de recueillir les 500 signatures nécessaires pour s'assurer une présence au premier tour de l'élection présidentielle. Soutenu par son parti Solidarité et Progrès, il se présente comme le candidat en lutte contre "le sérail politique qui a pactisé avec l'empire de l'argent". Pour une partie de la classe politique, son nom est synonyme de candidature "fantaisiste".

Une accusation que récuse le candidat : "En 1995 et 2012, j'ai dit la vérité et j'ai été politiquement et financièrement exécuté", a-t-il récemment écrit sur Twitter.

Christian Troadec

Âge en 2017 : 51 ans

Mouvement politique : Régions et peuples solidaires
Annonce de sa candidature : 8 avril 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : NON

Site(s) de campagne : en cours de construction
Twitter : @troadecch


Christian Troadec, 50 ans, est le maire de la ville de Carhaix, en Bretagne (lire son portrait). Il a été l'un des leaders du mouvement des bonnets rouges. Élu divers gauche, il sera le candidat "régionaliste" de l'élection présidentielle... s'il parvient à réunir les 500 signatures nécessaires pour se présenter. Et pour atteindre cet objectif, Christian Troadec entend s'appuyer sur Régions et peuples solidaires, une fédération d'une "quinzaine de mouvements politiques", parmi lesquels "des Occitans, des Catalans, des Alsaciens, des Basques, des Corses, des Bretons, des Savoyards".

Critique envers l'actuelle majorité, Christian Troadec n'est pas tendre avec François Hollande, qu'il avait soutenu "dès le premier tour de la primaire de 2012" : "On n'attendait pas grand chose de François Hollande, il a quand même réussi à décevoir".

Rama Yade

Âge en 2017 : 40 ans

Mouvement politique : La France qui ose
Annonce de sa candidature : 21 avril 2016
Présence à la présidentielle de 2012 : NON

Site(s) de campagne : lafrancequiose.fr
Twitter : @ramayade / Page Facebook officielle

Volontiers raillée pour son initiative solitaire, Rama Yade se revendique "sans parti, sans mandat, mais libre". L'ancienne secrétaire d'Etat chargée des droits de l'Homme (2007-2009) a en effet été exclue du Parti radical, qu'elle avait rejoint en 2011 après avoir quitté l'UMP. Elle revendique 50.000 sympathisants pour son mouvement "La France qui ose", qui doit l'accompagner lors de la campagne électorale. Celle qui propose un "projet de radicalité" pourrait cependant avoir du mal à recueillir les 500 signatures nécessaires à sa candidature.

En attendant, elle profitera de la publicité créée par son annonce surprise pour développer ses idées : elle entend notamment favoriser le développement des "jurys citoyens" et des "référendums".



La primaire à droite

A droite, c'est une primaire qui devra départager les candidats à la présidentielle. Pour l'instant, ils sont neuf : Hervé Mariton, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Fillon, Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson, Nadine Morano, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Frédéric Lefebvre. Selon toute logique, Nicolas Sarkozy devrait également se déclarer.

Les sympathisants de droite seront appelés aux urnes les 20 et 27 novembre prochains pour un scrutin qui, si la situation demeurait la même qu'aujourd'hui, se tiendrait sans candidat de l'UDI.
>> A lire - Primaire de la droite : qui est candidat ?


Une primaire à gauche ?

François Hollande a lié sa candidature à une "inversion de la courbe du chômage". En attendant son éventuelle déclaration de candidature à la fin de l'année, certains prônent l'organisation d'une primaire à gauche, à l'instar d'Europe Ecologie-Les Verts, du Parti communiste ou de plusieurs élus socialistes comme le frondeur Christian Paul. Jean-Luc Mélenchon a déjà annoncé qu'il n'y participera pas.

Le principe d'une primaire est inscrit dans les statuts du Parti socialiste, mais rien ne semble tranché : le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a demandé à la mi-mars aux dirigeants du parti de se prononcer sur la question "êtes-vous favorable à la candidature de François Hollande ?". Une façon, peut-être, d'essayer d'imposer, de force, une candidature de l'actuel président de la République.

Une primaire "des Français" ?

Six mouvements "citoyens" (Génération Citoyens de Jean-Marie Cavada, Cap 21- LRC de Corinne Lepage, Nous Citoyens, La Transition, Bleu Blanc Zèbre d'Alexandre Jardin et Le Pacte Civique) lancent leur propre plateforme pour une primaire. "C'est un appel à toutes les révoltes", précise l'écrivain Alexandre Jardin.

Sur leur site, les responsables de cette primaire assurent que les candidats devront se soumettre à une charte d'éligibilité, ne jamais avoir été condamné, ne jamais avoir assuré plus de 12 ans de mandat électoral et avoir travaillé plus de 5 ans dans une entreprise ou dans le monde associatif.

A lire aussi :

>> QUIZ LCP : Bruno Le Maire ou Jean-Luc Mélenchon ?