twitter facebook chevron-right
Opérations extérieures

Pour Lellouche (LR), la question de la destitution de Hollande "est posée"

Le député Les Républicains de Paris considère qu'en "violant l'obligation de secret qui pèse sur les décisions les plus sensibles qu'il doit prendre en tant que chef des armées", François Hollande a eu un "comportement manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat".
2 min
LCPLCP

Les confidences de François Hollande aux journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme pourraient-elles justifier sa destitution ? Oui, dit le député Les Républicains de Paris Pierre Lellouche.

"Les détails les plus secrets de nos actions militaires"

L'élu a pris la parole mercredi, à la tribune de l'Assemblée nationale, lors du débat sur les opérations extérieures de la France, et évoqué les révélations contenues dans le livre "Un Président de ne devrait pas dire ça..."

(François Hollande) leur a confié, des dizaines d'heures durant, les détails les plus secrets de nos actions diplomatiques et militaires, tout cela se retrouvant sur la place publique...Pierre Lellouche

Pierre Lellouche énumère ensuite l'ensemble de ses griefs : il accuse le Président d'avoir "communiqué par le menu le contenu de ses conversations avec les Président Obama et Poutine", d'avoir permis aux journalistes d'"assister en direct à un échange téléphonique avec le Premier ministre grec", d'avoir "confié le ciblage des bombardements français sur les objectifs en Syrie".

Le député ajoute que des "documents ultra-confidentiels (ont) fuité aux journalistes puis (ont été) publiés dans leur journal". Il reproche également au Président d'avoir "détaillé les conditions de libération des otages (...), précisé que la France paye les preneurs d'otages, directement ou indirectement" mais aussi "confié lui même qu'il a ordonné l'assassinat de plusieurs terroristes identifiés, les fameuses opérations homo" (pour homicide).

Article 68 de la Constitution

Un comportement "insupportable" alors que "la France est en guerre", tranche Pierre Lellouche, selon lequel François Hollande "viole ouvertement l'obligation de secret qui pèse sur les décisions les plus sensibles qu'il doit prendre en tant que chef des armées".

Selon lui, cela constitue un "manquement caractérisé aux devoirs du président de la République", "manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat aux termes de l'article 68 de la Constitution". Or, cet article dispose que "le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat."

Je vous le dis avec beaucoup de gravité monsieur le Premier ministre : la question de l'application de l'article 68 est désormais posée.Pierre Lellouche