twitter facebook chevron-right
Primaire à gauche

Portrait-robot de l’électeur du 1er tour des primaires citoyennes

L’étude Harris Interactive pour LCP et Public Sénat nous livre des éléments de compréhension du vote de la primaire de la gauche.
Moins de 2 min
 (Photo AFP) (Photo AFP)

Pour Hamon, un vote de gauche élargi ; pour Valls, un vote… socialiste

Illustration du positionnement de Benoît Hamon à la gauche du PS : pour ce 1er tour, il recueillerait quasiment autant de voix provenant de la gauche hors-PS (32%) que des sympathisants socialistes (37%). Il en est tout à fait autrement pour Manuel Valls qui engrange un maximum de suffrages socialistes (56%) et très peu provenant de la gauche de la gauche (14%).

L’absence de notoriété du candidat, pas un problème pour les votants

Les électeurs de ce 1er tour de la primaire de la gauche ne sont que 29% à placer la notoriété du candidat comme une motivation importante. Rien d’étonnant, donc, dans ces conditions, à ce que Benoît Hamon soit parvenu en tête. Ils ne sont que guère plus nombreux (35%) à se soucier de la capacité du candidat à rassembler.

En revanche, l’honnêteté du candidat (55%) et son projet (54%) constituent les motivations principales pour les électeurs de ce 1er tour.

Hamon plébiscité pour son projet, Valls pour sa capacité à battre le FN

Les personnes qui ont voté Hamon dimanche l’ont fait avant tout pour son programme (65%), puis pour son honnêteté (60%).

En revanche, ceux qui ont voté Valls mettent en avant sa capacité à battre le FN à la présidentielle (55%), à battre la droite (53%) . Ils ne sont que 43% à mentionner son programme.