Logo LCP
Les flux RSS

Site de l'Assemblée nationale

Voir les débats en cours à l’Assemblée nationale

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LCP > Delphine Batho s’explique !

Delphine Batho s’explique !

Le 4 juillet 2013 à 17h35 , mis à jour le 4 juillet 2013 à 18h25, par Aurélie Marcireau

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+


Après son limogeage express du gouvernement, l'ex ministre de l'écologie a tenu une longue conférence de presse. Elle a notamment fustigé un "tournant de la rigueur". Retour sur 48 h de tensions dans la majorité.

Après son limogeage express du gouvernement, l’ex ministre de l’écologie a tenu une longue conférence de presse. Elle a notamment fustigé un "tournant de la rigueur" qui favorise l’extrême droite. Elle a accusé le gouvernement d’avoir cédé à des lobbies pro-nucléaire ou gaz de schiste. Elle a mis en cause Jean-Marc Ayrault qui "arbitre les budgets sans discussion directe avec les ministres concernés "Mon éviction est un message à mes ex-collègues pour leur dire que c’est fini, la collégialité au sein du gouvernement." Elle imaginait "provoquer une discussion" . "Je n’imaginais à aucun moment une réaction qui m’a paru disproportionnée".

Réactions

Bruno Le Roux, patron des députés PS, interrogé dans les couloirs l’accuse de "récrire l’histoire" "La responsabilité en politique, c’est d’assumer ses erreurs pas des les imputer à la ligne gouvernementale" Ajoutant : "il n’y a pas de tournant de la rigueur" Critique d’un autre élu socialiste, "c’est l’école UNEF, SOS, Julien Dray. Tu sors et après tu mets du contenu politique".

L’un des proches de la députée des Deux-Sèvres Malek Boutih, l’a trouvée "digne", "émouvante". Elle est , selon lui, "représentative de notre génération qui ne baisse pas la tête". Sur le manque de collégialité, il dit comprendre l’ex-ministre ajoutant "plus les choses sont difficiles, moins on demande notre avis"

Retour sur 48 h de tensions dans la majorité.

Tout est allé très vite. Mardi matin sur RTL Delphine Batho critique le budget 2014 révélé le jour même aux députés. Elle estime que c’est un "mauvais budget", notamment parce que son ministère de l’Écologie est amputé de moyens.


Delphine Batho : "Le budget 2014 est mauvais" par rtl-fr

Un peu plus tard dans la journée, alors que la ministre est en train de défendre un texte à l’Assemblée nationale sur le développement durable, elle est convoquée à Matignon.

Le Premier ministre l’annonce sur Twitter, via le compte officiel de @Matignon

La ministre arrive à 16h30 à l’hôtel de Matignon. Elle en ressortira une demi-heure plus tard. Un peu plus d’une heure après, le communiqué de l’Élysée est rendu public : "Sur proposition de Matignon, François Hollande a mis fin aux fonctions de Delphine Batho." Pour l’exemple.

Le lendemain à l’Assemblée, le cas Batho est largement évoqué pendant la séance de Questions au gouvernement. Jean-Marc Ayrault en personne a défendu son choix et a tenu à rassurer les écologistes sur la transition énergétiques. Voir le zapping :

Sur le plateau de Parlement’Air, présenté par Thomas Soulié, Jean-Marie Le Guen a regretté le départ de Delphine Batho et a jugé "inutile et exagérée" la méthode avec laquelle l’exécutif l’a éjectée du gouvernement.

+ D’infos :

Delphine Batho, dauphine de Royal

Delphine Batho a pris le siège de Ségolène Royal en 2007 dans les Deux-Sèvres. Spécialiste des questions de sécurité, elle a d’abord été nommée à la justice auprès de Christiane Taubira avant d’obtenir une promotion et de se voir nommée au ministère de l’écologie à la place de Nicole Bricq. Porte-parole de François Hollande pendant la campagne, elle est issue de la Gauche socialiste, courant de Dray et Mélenchon, elle a débuté dans les mouvements lycéens. A l’Assemblée, elle montait en première ligne sur les effectifs de police et l’affaire des sondages de l’Elysée. La jeune femme est réputée pour son caractère tranchant. Elle est aujourd’hui en froid avec Ségolène Royal.

Philippe Martin, député des champs ?

C’est Philippe Martin, le député PS du Gers et vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée qui la remplace. Spécialiste lui aussi des questions d’écologie, ce parlementaire chevronné, connu pour son humour est en point dans le combat contre les OGM. Il a longtemps fait partie de la garde rapprochée de Laurent Fabius.

Voir son portrait par Thibaud Le Floch :

Il a été élu pour la première fois à l’Assemblée en 2002. il s’est présenté en 2012 à la présidence du groupe socialiste mais a échoué face à Bruno Le Roux. Il justifiait alors sa candidature par sa volonté de faire entendre "la voix des territoires ruraux" selon l’AFP. Déjà candidat en 2007, il avait alors été battu par Jean-Marc Ayrault. Ironie de l’histoire, le député avait été chargé d’une mission sur l’eau auprès de Delphine Batho en fin d’année dernière. Il vient de rendre son rapport.

Vous aimerez aussi

Commenter / partager :       twitter Partager sur Google+