twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

Nathalie Arthaud : "Il faut réduire le temps de travail jusqu’à ce qu'il y ait zéro chômeur"

Candidate pour la deuxième fois à l'élection présidentielle, Nathalie Arthaud était l'invitée de Question de méthode jeudi sur LCP, en partenariat avec France Bleu. La représentante de Lutte ouvrière a défendu ses mesures pour réduire le chômage et les inégalités, appelant à une hausse généralisée des salaires et à l’interdiction des licenciements. Retour sur les moments forts de son interview.
4 min
Nathalie Arthaud sur le plateau de LCP.Nathalie Arthaud sur le plateau de LCP.



Sur l'économie

Nathalie Arthaud a rappelé ses deux propositions phares : interdiction des licenciements et baisse du temps de travail.

La candidate a aussi mis en avant son ADN révolutionnaire, appelant le monde du travail, en particulier les ouvriers, à faire avancer leur cause "en se battant".

Sur la campagne et les affaires

Interrogée sur la pertinence d'une double candidature à l'extrême gauche avec Philippe Poutou (NPA), la candidate de Lutte ouvrière trouve qu'ils n'ont pas intérêt à unir leurs forces. Une candidature commune signifiant "deux fois moins de temps de parole" et "une campagne au lieu de deux".

Nathalie Arthaud a également regretté l'absence d'un nouveau débat TV à onze candidats avant le premier tour de la présidentielle le 23 avril.

Elle n'a pas ménagé ses attaques envers François Fillon, qu'elle voit comme le représentant des "riches", pour qui l'impunité serait la norme.

Parmi ses mesures pour réformer les institutions, elle propose de baisser le salaire moyen des parlementaires au niveau de celui des ouvriers, soit environ 1 700 euros net par mois.

Sur l'Europe et l'international

Européenne convaincue, Nathalie Arthaud dénonce cependant les institutions européennes, conçues pour permettre aux grands groupes "de faire leur business".

Sur la Syrie, elle renvoie dos à dos les acteurs du conflit, et souligne que le "drame principal" des populations du Moyen-Orient, c'est leur "sous-sol plein de pétrole".