twitter facebook chevron-right
justice

Mutuelles de Bretagne : Richard Ferrand mis en examen

Le président de l'Assemblée nationale est mis en examen pour "prise illégale d'intérêts" a indiqué le parquet de Lille à l'AFP.
2 min
LCPLCP

Le président de l'Assemblée nationale mis en examen. Selon l'Agence France-Presse, Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne.

Dans un communiqué de presse, Richard Ferrand a laissé entendre qu'il ne démissionnerait pas : il se dit "déterminé à poursuivre la mission que lui ont confié ses pairs et ses électeurs".

Le député La République en Marche du Finistère affirme par ailleurs "prendre acte de cette mesure procédurale qui va lui permettre de pouvoir se défendre dans ce dossier".

"Aucun élément nouveau"

L'affaire avait été révélée en juin 2017 par le Canard enchaîné. L'hebdomadaire avait affirmé qu'en 2011 les Mutuelles de Bretagne, alors dirigées par Richard Ferrand, avaient décidé de louer des locaux commerciaux à sa compagne.

Dans son communiqué de presse, Richard Ferrand se dit "serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte" en octobre 2017.

Richard Ferrand, qui contestait alors toute irrégularité, garde la même ligne de défense : "Aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y a ni préjudice ni victime", ajoute le président de l'Assemblée nationale, qui a succédé à François de Rugy en septembre 2018.

"Renforcer l'antiparlementarisme"

"Comment présider, représenter l'institution, diriger des débats dans ces conditions ?", a réagi sur Twitter le député LR Philippe Gosselin. "Certes juridiquement il y a présomption d'innocence", a-t-il reconnu, mais l'élu de la Manche estime toutefois que cette mise en examen "risque de renforcer encore l'antiparlementarisme".

Au delà des aspects juridiques qui le concernent lui, cette affaire éclabousse, par ricochet, une fois de plus l'Assemblée nationale.Philippe Gosselin sur Twitter

Le député La République en Marche Florian Bachelier lui a aussitôt répondu, évoquant le cas d'Eric Woerth (LR), qui préside la commission des finances de l'Assemblée.

La mise en examen d'un président de l'Assemblée nationale pendant son passage au Perchoir est une première car Laurent Fabius était déjà mis en examen dans l'affaire du sang contaminé au moment où il a occupé à nouveau ce poste en 1997.

Maxence Kagni avec AFP