twitter facebook chevron-right

Maurice Fortoul, journaliste à la Provence, raconte les coulisses de l'interview de Karine Berger

"Elle n'est pas prétentieuse, elle est ambitieuse". Le journaliste qui a mené l'entretien revient sur cette "interview du dimanche" qui avait vocation à "mieux la faire connaître de ses électeurs".
Moins de 2 min

Après le "buzz" autour de l'interview de Karine Berger dans la Provence, Maurice Fortoul revient sur les coulisses de cet entretien pour LCP.fr

LCP.fr - Comment s'est passée cette interview de Karine Berger dont on parle beaucoup sur internet ?

Maurice Fortoul : Ça s'est très bien passé. Je commence à la connaître un peu. Elle a très vite surpris tout le monde ici. Son élection a été une belle élection. Elle a beaucoup d'énergie, elle est intelligente, elle-même est surprise de son succès médiatique.

LCP.fr - Certains la trouvent "prétentieuse" après avoir lu cet entretien ?

Elle n'est pas prétentieuse, elle est ambitieuse. Pour une fois que quelqu'un montre de l'ambition dans notre département, c'est plutôt rassurant. Elle a d'ailleurs de grandes chances d'être au gouvernement. Du moins c'est ce qui se dit dans le petit monde politique haut-alpin. Elle veut faire bouger les lignes, l'ensemble des médias s'en rend compte.

LCP.fr - Où et comment s'est déroulé votre entretien ?

Dans sa permanence de Gap, en tête-à-tête. J'ai pris des notes et j'ai enregistré. Je n'ai même pas eu besoin de réécouter. Peut-être que j'ai retranscris de manière simple, mais tout ce que j'ai écrit elle me l'a dit.

LCP.fr - A-t-elle demandé à relire l'interview ?

Je suis un vieux de la vieille ici, les politiques ne me demandent pas de relire l'interview. Quant à ma rédaction, personne ne m'a demandé de précision, ils ont relu le papier et l'ont mis en ligne.

LCP.fr - On parle beaucoup de votre interview sur le net, pas forcément en de très bon termes...

Si à Paris les médias s'y intéressent, j'en suis ravi, c'est tellement rare. Internet, c'est le lieu de prédilection pour les gens qui veulent se défouler, parfois de manière anonyme d'ailleurs. Je ne suis pas surpris, même Joël Giraud, l'autre député de la circonscription m'a dit qu'il en avait entendu parler. Ça fait le buzz !

LCP.fr - Certains critiquent une interview complaisante, qu'en pensez-vous ?

C'était dans le cadre de l'interview du dimanche, il n'était pas question d'avoir des questions agressives. Nous ne sommes pas Mediapart. Le but était surtout de mieux la faire connaître à nos lecteurs, un an après son élection.

Propos recueillis par Astrid de Villaines