twitter facebook chevron-right
Loi Travail

Loi Travail - 123 députés PS contre la baisse de la majoration des heures supplémentaires

Sans l'aval du gouvernement, ils proposent un amendement de compromis sur la loi Travail.
2 min
AFP - Montage LCPAFP - Montage LCP

Est-ce un tournant après des mois de déchirures sur la loi Travail ? 123 députés socialistes ont co-signé un amendement d’Olivier Faure, Kader Arif, et Marie-Arlette Carlotti prévoyant de maintenir à 25% le taux de majoration des heures supplémentaires. "Beaucoup plus auraient signé s’ils en avaient eu connaissance", estime l’un des signataires. "Cela prouve que la première revendication du groupe est de débattre du texte. On est dans le même étiage que sur la déchéance de nationalité", se réjouit le frondeur Pascal Cherki.

Aubrystes, frondeurs... et légitimistes

L’amendement est soutenu par des aubrystes, des frondeurs, mais aussi par des dizaines de députés légitimistes, comme la questeure Marie-Françoise Clergeau ou la porte-parole du groupe PS Annick Lepetit, et même par des soutiens d’Emmanuel Macron, comme Arnaud Leroy.

L’initiative n'a pas l'aval du gouvernement. Certains signataires dénoncent même des pressions pour les pousser à retirer leur signature. "Je connais leurs méthodes… ", grince l’un d’eux. L’entourage de Bruno Le Roux indique que l’amendement sera discuté mardi matin en réunion de groupe PS. Mais "le texte est déjà à l’équilibre, il ne pourra donc pas évoluer fortement", a déjà prévenu le patron des députés PS sur LCP ce matin.

Renvoyer dos-à-dos gouvernement et frondeurs

Le but avoué de l’un des initiateurs de l’amendement est de renvoyer dos à dos le gouvernement et les frondeurs :

Le fait est qu’il y a une majorité du groupe socialiste qui veut aboutir à un accord. Nous essayons d’être à l’intersection, à l’endroit où il peut y avoir un compromis.Un député socialiste

Mais les frondeurs et le gouvernement pourront-ils se satisfaire de ce point d’équilibre ? Manuel Valls pourrait-il céder sur les heures supplémentaires ? "La réduction de la majoration des heures supplémentaires de 25 à 10 % est une 'macronade'. On peut imaginer que cette partie soit moins défendue par Manuel Valls que celle sur l’inversion de la hiérarchie des normes", espère une députée.

La semaine dernière, des frondeurs ne cachaient pas qu’ils pourraient cesser de s’opposer à l’inversion de la hiérarchie des normes à condition qu’un geste soit fait sur les heures supplémentaires et l’organisation du temps de travail. Mais, paradoxalement, un accord sur cet amendement ne permettrait pas forcément d’échapper à un nouveau 49.3. Si une quarantaine de socialistes glissent du vote contre à l’abstention, les rangs seront toujours trop clairsemés pour assurer une majorité à la loi Travail. Le gouvernement n’aurait alors pas d’autre choix que de passer en force.

Jean-Baptiste Daoulas


A lire aussi :

Le Roux "pessimiste" sur la tenue du débat parlementaire

Loi Travail : l'Assemblée renforce le rôle des branches professionnelles