twitter facebook chevron-right
Législatives 2017

Législatives : Marine Le Pen sans groupe et sans les frères Philippot

L'ancienne candidate à la présidentielle siégera au Palais Bourbon aux côtés de sept autres députés frontistes, dont Ludovic Pajot, 23 ans, le benjamin de la nouvelle assemblée. Gilbert Collard est réélu tandis que Florian Philippot, dont la légitimité est remise en cause au sein du parti, est sèchement battu.
2 min
AFPAFP

Cette fois, c'est la bonne. Battue pour 118 voix par le socialiste Philippe Kemel en 2012, Marine Le Pen l'a largement emporté dimanche dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. La présidente du Front national recueille 58,60% des suffrages.

L'ancienne candidate à l'élection présidentielle a mis en cause la représentativité de la future Assemblée nationale : "Il est proprement scandaleux qu'un mouvement comme le nôtre qui avait recueilli 7,6 millions d’électeurs au premier tour de la présidentielle et encore 3 millions au premier tour de ces élections législatives ne puisse obtenir un groupe (parlementaire)."

En effet, ce sont huit députés frontistes ou assimilés qui siégeront à l'Assemblée nationale, alors qu'il en faut au moins quinze pour créer un groupe. Même si la tâche semble ardue, Marine Le Pen a affirmé lundi matin qu'elle se donnait pour "objectif" d'en constituer un "au cours des prochains mois". Pour cela, elle espère créer une alliance de circonstance avec d'autres élus "sur deux, trois lignes principales" tout en permettant à chacun d'être "indépendant".

5 députés élus dans le bassin minier

Parmi les députés frontistes, le sortant Gilbert Collard a été réélu de justesse dans la 2e circonscription du Gard avec 123 voix d'avance sur la candidate LREM Marie Sara.

Le bassin minier porte à la députation quatre autres candidats du FN : José Evrard, dans la 3e circonscription du Pas-de-Calais, Bruno Bilde, dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais, Sébastien Chenu dans la 19e circonscription du Nord et Ludovic Pajot, dans la 10e circonscription du Pas-de-Calais. C'est d'ailleurs à ce dernier, âgé de 23 ans, que revient l'honneur d'être le benjamin de l'Assemblée nationale. Une distinction qui revenait lors de la précédente législature à Marion Maréchal-Le Pen (22 ans), qui ne se représentait pas cette année.

Autres candidats frontistes élus députés : le compagnon de Marine Le Pen Louis Aliot, dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, et Emmanuelle Ménard, la femme de l'ancien journaliste et maire de Béziers Robert Ménard, dans la 6e circonscription de l'Hérault.

La déroute des frères Philippot

En revanche, Florian Philippot, dont la ligne économique est de plus en plus remise en cause au sein du parti, a été sèchement battu dans la 6e circonscription de Moselle. Il ne recueille que 43% des suffrages. Sur Twitter, le vice-président du FN a tenté de faire bonne figure : "Bravo à l'ensemble de nos députés élus ce soir, derrière le magnifique score de Marine Le Pen."

Son frère Damien Philippot a également été battu. Il ne recueille que 43,7% des suffrages au second tour, dans la 1ère circonscription de l'Aisne. Mais Florian Philippot pourra peut-être se rassurer en se disant que c'est principalement dans les Hauts-de-France, où le FN est proche de sa ligne politique, que les candidats frontistes l'ont emporté. D'autant que dans la 3e circonscription du Vaucluse, celle de Marion Maréchal-Le Pen, le candidat FN a été battu d'une courte tête par la candidate LREM, Brune Poirson (50,67%).