twitter facebook chevron-right

Législatives : Cécile Duflot débarque à Paris

La candidate écologiste a été investie par le PS et EELV pour briguer la 6e circonscription de Paris.
2 min

Mercredi soir, c'est à pied que Cécile Duflot arrive dans une petite rue du XXe arrondissement de Paris pour inaugurer son QG de campagne. Fruit de l'accord PS/Verts signé à l'automne dernier, la chef de file des Écolos va mener la campagne des législatives dans la 6e circonscription de Paris. Un coin bobo "voire bourgeois" selon certains habitants qui recouvre une partie des XXe et XI arrondissements. "J'adore le quartier, j'adore ce local" s'enthousiasme la candidate pendant que ses soutiens collent les dernières affiches. Juchée sur une chaise au fond de la salle, Cécile Duflot interpelle les militants venus nombreux partager ce verre de l'amitié et goûter au buffet bio. "Je vais essayer de ne pas tomber, il paraît que c'est devenu règlementaire de faire une chute dans la campagne" plaisante la nouvelle investie, soutien d’Éva Joly pendant la campagne présidentielle.

"La candidate du PS, c'est moi"

Mais cette circonscription très prisée à gauche pourrait connaître une dissidence de la part de la députée socialiste sortante Danièle Hoffman-Rispal, évincée par l'accord PS/Verts et militante "historique" du quartier. Face à ce risque, Cécile Duflot affiche sa confiance : "Je n'ai aucune crainte, la candidate du parti socialiste, c'est moi". Et de se justifier en évoquant la campagne "discrète" qu'elle mène depuis le mois de janvier : "J'ai rencontré plein de gens et je n'ai pas senti de réticences" assure-t-elle tout en reconnaissant avoir "fait des gestes" envers la députée sortante. Danièle Hoffman-Rispal s'est en effet vue proposer le siège de suppléante qu'elle refuse pour le moment. Les leaders écolos misent sur une nomination de Cécile Duflot au gouvernement, ce qui permettrait à la suppléante (ou au suppléant) de siéger à l'Assemblée nationale.

De son côté, Cécile Duflot se concentre sur cette campagne qu'elle veut "chaleureuse et vivante" pour chacun des militants. Toujours perchée sur sa chaise, elle met en garde contre le risque de cohabitation : "Rien ne serait pire que la majorité existante soit maintenue". Ses priorités : le logement "qui doit rester à un accès large" et les problèmes d'hygiène alimentaire.

Dehors, une place de parking a été louée pour en faire un lieu convivial. Sur le mode californien du "parking day", les convives investissent cet espace aménagé par un tapis vert, un vélo électrique et quelques chaises. Le sénateur Jean-Vincent Placé est venu "dire bonjour", la sénatrice Esther Benbassa en "amie et voisine" espère que Cécile Duflot soit élue. Quant à certains passants, ils "attendent de voir"... C'est sûrement qu'ils ont manqué le discours de la candidate conclu par un trait d'humour : "C'est une nouveauté, on a décidé de gagner les élections."