twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

L'écologiste Yannick Jadot dévoile 76 mesures et vise un score à deux chiffres

Sortie du nucléaire en 2035, réduction drastique de l'utilisation des pesticides, semaine de quatre jours, SMIC à 1800 euros bruts... Le candidat Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle a présenté mercredi les principales mesures de son programme.
3 min
Crédits AFP/Alain JocardCrédits AFP/Alain Jocard

Le programme de Yannick Jadot.pdfVoirLes trois vaincues de la primaire écologiste, Michèle Rivasi, Karima Delli et Cécile Duflot, au premier rang pour soutenir leur candidat, un slogan, "La France Vive", et un document de 76 propositions (voir ci-contre) : tout était prêt mercredi, à Paris, pour le lancement de la campagne de Yannick Jadot, celle du "seul candidat écologiste" à l'élection présidentielle.

Zéro nucléaire, zéro déchet

À la tribune, le député européen fait la part belle aux propositions environnementales, de la fin du nucléaire en 2035 à une "France zéro déchet" en passant par 100% d'énergies renouvelables en 2050. À plus court terme, Yannick Jadot veut réduire par deux l'utilisation des pesticides pendant le quinquennat et abandonner ce que les écologistes appellent "les grands projets inutiles", comme l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le tunnel Lyon-Turin ou les projets de nouvelles lignes à grande vitesse.

Il souhaite également porter à 5 ans la durée de garantie minimale pour l'automobile et l’électroménager, et faire de la France "le champion des véhicules peu polluants et qu'on partage".

Le candidat lie aussi la question écolo à celle de la santé à travers toute une série de mesures : l'interdiction du glyphosate (l’herbicide Roundup notamment) et des perturbateurs endocriniens, la sortie du diesel (en partie à l'origine des pics de pollution en métropole) ou encore l'approvisionnement à 100% des cantines publiques et privées par l'agriculture biologique ou paysanne.

Yannick Jadot se targue d'être l'un des rares candidats, si ce n'est le seul, à défendre ces propositions :

La grande majorité des politiques ne s'empare pas de ces sujets. La réalité, c'est qu'il n'y a pas d'écologie sans écologistesYannick Jadot, candidat EELV à l'élection présidentielle


"Un grand débat sur la place du travail"

Le volet économique et social du candidat occupe plus d'un tiers de ses mesures. Il ouvre le RSA aux jeunes de moins de 25 ans, vise une revalorisation du SMIC à 1800 € bruts sur cinq ans (+ 22%) et étend l'encadrement des loyers aux "zones tendues". Plus généralement, Yannick Jadot souhaite mener "un grand débat sur la place du travail" qui pourrait conduire à l'avènement de la semaine de 4 jours (soit 32 heures par semaine) et l'instauration d'un revenu universel, dont le montant n'est pas précisé.

Enfin, l'ADN des Verts est fidèlement représenté dans les propositions sociétales : ouverture de la PMA à toutes les femmes, droit à "choisir sa fin de vie", légalisation du cannabis et rendre le changement de sexe "libre, gratuit et déclaratif pour les personnes transsexuelles".

Ce programme sera complété par la sortie d'un livre courant février intitulé "Bien vivre".

Vers un rapprochement avec Benoît Hamon ?

Crédité d'environ 2% des intentions de vote, Yannick Jadot aimerait dépasser la barre symbolique des 10% des voix. Une façon de faire "aussi bien que Nicolas Hulot" lorsque celui-ci était cité comme potentiel candidat. Un score ambitieux : le record du parti remonte à 2002 quand Noël Mamère avait rallié sur son nom 5,25% des suffrages. Reste une étape, et pas des moindres : rassembler, avant la mi-mars, les 500 parrainages de maires nécessaires pour se présenter à la magistrature suprême. Pour l'heure, selon Le Canard Enchaîné, Yannick Jadot n'en aurait rassemblé que 180. Il resterait donc encore plus de la moitié du chemin à parcourir...

Une possible victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, fin janvier, pourrait aussi rebattre les cartes de la candidature Jadot. Certains cadres du parti écologiste ne cachent pas leur enthousiasme de voir le dirigeant socialiste proposer un programme "écolo-compatible". Comme Michèle Rivasi, battue début novembre au second tour de la primaire écologiste :

Benoît Hamon a introduit l'écologie dans son logiciel socialiste, ce qui n'est pas la cas des autres candidats [...]. Moi j'ai envie en 2017 qu'un candidat de gauche porte l'écologie, pour l'instant c'est Yannick Jadot [...]. Il peut y avoir des ralliements mutuels.Michèle Rivasi, députée européenne EELV


Yannick Jadot estime que "chaque fois que quelqu'un s'inspire de nos propositions, c'est une bonne nouvelle". Mais il exclut pour l'instant tout ralliement, avant de s'interroger : "Si Benoît Hamon gagne, est-ce son projet qui s'imposera ou celui du PS, pro-nucléaire et Notre-Dames-de-Landes ?".

En attendant d'y voir plus clair à gauche, le candidat écolo continuera d'occuper le terrain. il sera jeudi prochain à Fessenheim, en Alsace, où il prônera la fermeture dès 2017 du plus vieux réacteur nucléaire français.

Vidéo par Nathalie Guillouard et François Goulin