twitter facebook chevron-right
intégration

Le rapport qui veut améliorer l’accueil des étrangers en France

Deux cent personnes auditionnées, un rapport de 120 pages et 72 propositions : Aurélien Taché, député LREM du Val d’Oise, remettra aujourd’hui son rapport au Premier ministre. LCP.fr vous propose les principales orientations de son travail.
3 min
Des travailleurs sociaux au "centre de premier accueil" (CPA) de réfugiés porte de La Chapelle en chantier, le 10 novembre 2016, le jour de son inauguration (AFP Photo)Des travailleurs sociaux au "centre de premier accueil" (CPA) de réfugiés porte de La Chapelle en chantier, le 10 novembre 2016, le jour de son inauguration (AFP Photo)

Comment mieux intégrer les étrangers en France ? La question se pose avec une acuité particulière, alors que le gouvernement dévoilera mercredi les contours du texte Asile-Immigration de Gérard Collomb.

Conformément au mantra d’Emmanuel Macron, le député LREM Aurélien Tâché souhaite simplifier, fluidifier l’accueil des étrangers en France et accélérer la prise de décision en allégeant les formalités qui se sont accumulées au fil des textes. Son objectif : mettre fin aux files d’attentes interminables en préfecture alors qu’aujourd’hui, quatre rendez-vous sont nécessaires pour obtenir un titre de séjour.


Aurélien Tâché

Représentant de l’aile gauche de la majorité, Aurélien Tâché a auditionné près de 200 personnes et examiné de nombreux exemples à l’étranger – il s’est notamment rendu trois fois en Allemagne -, pour les besoins de son rapport. Quitte à formuler des propositions audacieuses… Avant de les présenter à Édouard Philippe lundi, le député en avait dressé une synthèse, au début du mois, aux députés LREM de la commission des affaires sociales. Voici les lignes directrices de son rapport.

FAVORISER L’ACCÈS À LA LANGUE

Aujourd’hui, tout étranger désirant s’installer en France doit suivre une formation linguistique en français pouvant aller jusqu’à 200 heures. Insuffisant, pour Aurélien Taché qui souhaite la porter à 600 heures, comme c’est le cas en Allemagne.

Des cours de langue que le député LREM souhaite voir débuter dès le dépôt de la demande de titre de séjour, sans attendre plusieurs mois et l'obtention du statut de réfugié…

FAVORISER L’ACCÈS AU MONDE DU TRAVAIL

De la même façon, le député veut permettre aux étrangers de travailler – ou accéder à une formation - plus rapidement sur notre territoire, sans attendre l’instruction définitive de leur dossier qui peut parfois durer un an. Un sujet sensible pour la Place Beauvau, mais pour Tâché, il faut sortir du système actuel qui n’est pas satisfaisant : seul un étranger sur trois trouverait un travail lors de ses cinq premières années sur notre territoire…

Le député prône donc un meilleur accès à l’emploi des étrangers « dans les secteurs sous tension » (restauration, bâtiment…) qui ont traditionnellement besoin de main-d’œuvre, mais pas seulement, explique Aurélien Taché dans son rapport qui veut aussi mettre l’accent sur les profils diplômés ou à forte compétence.

SUPPRIMER LA TAXE SUR L’EMBAUCHE DES ÉTRANGERS

Une autre proposition pourrait faire débat : aujourd’hui, quand une entreprise recrute un travailleur étranger, elle doit s’acquitter d’une taxe qui est versée à l’Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII). Aurélien Taché préconise de supprimer cette taxe pour les réfugiés, "une entrave", selon lui, à l'accès à l’emploi.

OUVRIR "LARGEMENT" LE SERVICE CIVIQUE AUX JEUNES RÉFUGIÉS

Aurélien Tâché souhaite que les jeunes réfugiés (16-25 ans) puissent s’impliquer largement dans le service créé en 2008 qui vise à "renforcer la cohésion nationale
et la mixité sociale" en offrant à des jeunes l’opportunité de s’engager et de donner de son
temps à la collectivité.

Le député veut enfin s’attaquer au monopole du ministère de l’Intérieur sur la question de l’accueil et de l’accompagnement des étrangers. Selon lui, il est temps d’élargir le périmètre à d’autres acteurs, à commencer par les collectivités locales.

Une question demeure : que va devenir ce rapport ? Sera-t-il relégué au fond d’une armoire, comme c’est souvent la cruelle destinée de ce genre d’exercice ? Ou bien le gouvernement en profitera-t-il pour utiliser certaines propositions d’Aurélien Tâché et montrer qu’il accorde autant d’importance à l’intégration des étrangers qu’au volet répressif du projet de loi Collomb ? Il semble que certaines propositions pourraient être intégrées dans le texte Asile-Immigration, et que d’autres pourraient "infuser" via d'autres canaux qui ne seront pas du domaine de la loi.