twitter facebook chevron-right

[LE PEDAGO] Congrès du PS : comment ça marche ?

Dates et mode d'emploi du prochain congrès, motions en présence, personnalités à suivre : tout comprendre du prochain congrès du Parti socialiste.
4 min

Le 77e congrès du PS aura lieu du 5 au 7 juin 2015 à Poitiers. Le numéro 1 du parti, Jean-Christophe Cambadélis, est candidat à sa réélection. Face à lui, l’aile gauche du PS - les "frondeurs", représentés par Christian Paul - présentera un programme alternatif, tout comme le mouvement "Cohérence Socialiste" représenté par la députée Karine Berger. Le point sur ce congrès décisif avant la présidentielle de 2017.

Mode d’emploi

Le congrès du PS a lieu six mois après chaque élection présidentielle et à mi-mandat. Il a pour objectif de désigner le premier secrétaire du parti.

Les différentes sensibilités du parti peuvent s’exprimer en présentant des contributions.

Après avoir été déposées, elle peuvent ensuite fusionner pour devenir des motions, avant d'être soumises au vote des militants. Les motions qui obtiennent plus de 5% sont alors représentées au conseil national du PS, à la proportionnelle. Les deux motions arrivées en tête présentent un candidat au poste de premier secrétaire du parti. Les militants se prononcent ensuite pour l’un ou l’autre de ces signataires. Le premier secrétaire est alors élu jusqu’au prochain congrès.

Quatre motions déposées

La motion A "Le renouveau socialiste" dite "motion majoritaire"

Portée par Jean-Christophe Cambadélis, elle a le soutien de François Hollande, de Manuel Valls et de Martine Aubry. La maire de Lille a mis du temps à dévoiler ses intentions mais a fini par rejoindre cette motion du "rassemblement" après de longues tractations. Le "Pôle des Réformateurs" représenté par Gérard Collomb ou Jean-Marie Le Guen devrait aussi rejoindre cette motion. Ils ont jusqu’à samedi matin pour faire connaître leur position définitive. Le ralliement de Martine Aubry constitue un sérieux avantage pour Jean-Christophe Cambadélis, candidat à sa réélection.

La phrase : "Je préfère être dedans pour me battre a l'intérieur." Martine Aubry, Assemblée nationale le 10 avril 2015.

La motion B "La gauche pour gagner", l’aile gauche du PS

Le député de la Nièvre, Christian Paul, mènera cette motion qui rassemble les deux principaux courant de l’aile gauche du parti : celui de Benoît Hamon, "Un monde d’avance", et celui d’Emmanuel Maurel : "Maintenant la gauche" ainsi que les frondeurs.

L’ancienne ministre Aurélie Filippetti et des proches d’Arnaud Montebourg figurent aussi parmi les soutiens, tout comme Marie-Noëlle Lienemann, la sénatrice de l'aile gauche et Gérard Filoche. Ils réclament une profonde réorientation de la politique du gouvernement.

La phrase "Je suis là pour rassembler la première force du PS." Christian Paul, Assemblée nationale, le 8 avril 2015.

La motion C, "Osons un Nouveau Pacte Citoyen et
Républicain", motion militante

Motion "militante" portée par deux membres de la société civile, Florence Augier et Louis Mohamed Seye, respectivement proches de Ségolène Royal et Stéphane Le Foll. Elle rassemble deux contributions. En 2012, cette même motion portée par Stéphane Hessel avait recueilli 12% des voix. Cette fois ils espèrent au moins 7%.


Lire l'interview de Florence Augier

La phrase : "Nous voulons représenter une troisième voie entre les frondeurs et les 'godillots' tout en étant plus "militants" que Cohérence socialiste." Samir Lassoued, porteur d’une motion thématique, à LCP.fr le 10 avril 2014.

La motion D, "La Fabrique" du mouvement "Cohérence socialiste"

Portée par Karine Berger, la députée des Alpes-de-Hautes-Provence, elle est la continuité du collectif de jeunes députés créée à l’Assemblée nationale en juillet 2014 avec Yann Galut, Alexis Bachelay et Valérie Rabault. Ils ont fusionné quatre contributions, dont celle de l’ancienne secrétaire d’État à la famille, Dominique Bertinotti. Dans l'échiquier socialiste, ils se situent entre les frondeurs et la ligne défendue par le gouvernement.

La phrase "Dans socialiste, il y a 'social' et il ne faut pas l’oublier"
Tribune dans Le Monde, le 2 avril 2015.

Le cas Aubry

Martine Aubry a longuement hésité. Elle a déposé une contribution à part et attendait des garanties du gouvernement qui ont été partiellement annoncées par Manuel Valls mercredi pour renforcer l’investissement. Après des atermoiements, la maire de Lille a finalement annoncé son soutien à la motion majoritaire, au grand dam des frondeurs qu’elle soutient depuis deux ans.

Calendrier

11 avril 2015 : conseil national du PS

21 mai 2015 : vote des militants sur les motions

28 mai 2015 : vote des militants pour désigner le ou la premier(e) secrétaire

5 au 7 juin 2015 : 77e congrès du Parti socialiste à Poitiers
_
_

Un reportage d'Elsa Mondin-Gava et Jean-Baptiste Daoulas