twitter facebook chevron-right
Groupe La République en marche

​L’avertissement de Richard Ferrand aux députés LREM remuants

En réunion de groupe mardi, le patron des députés de la majorité à l’Assemblée a menacé d'exclure ceux qui ne se plient pas à la discipline du groupe.
Moins de 2 min
Richard Ferrand, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale (Photo AFP)Richard Ferrand, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale (Photo AFP)

"On ne fait jamais d’omelettes sans casser des œufs, et s’il faut casser des œufs, je le ferai !" Richard Ferrand a cueilli à froid ses troupes, mardi lors de la réunion de groupe de la majorité. Le président du groupe LREM n’a visiblement pas apprécié l’attitude de certains d’entre eux, au cours des dernières semaines.

"Le débat est libre, mais il ne s’agit pas de faire battre des ministres… Quand on n’a pas réussi à convaincre en réunion de groupe, on n’a pas réussi… Sinon, on devient auto-entrepreneur, c’est-à-dire non inscrit !", a prévenu Richard Ferrand.

La menace est claire : soit les députés rentrent dans le rang, soit ils pourraient être exclus de la majorité, venant grossir les rangs des non-inscrits, ces élus sans groupe ni moyens pour se faire entendre et qui siègent, esseulés, tout en haut de l’hémicycle…

Richard Ferrand n’a pas digéré l’examen du texte Asile-Immigration. Quelques dizaines de députés LREM ont fait entendre leur opposition au projet de Gérard Collomb jugé trop sécuritaire et pas assez humanitaire. En cause également, la commission d'enquête parlementaire sur les ventes d'armes françaises aux belligérants au Yémen, réclamée par un député LREM quelques jours avant la visite officielle du prince héritier d'Arabie saoudite en France...

Ce recadrage en règle n’a pas semblé émouvoir Mathieu Orphelin. Mobilisé sur le texte Asile-Immigration, le député LREM du Maine-et-Loire a pris la parole après Richard Ferrand. Auteur de plusieurs amendements sur ce texte qui sera examiné dans l'hémicycle à partir du 16 avril, il réclame "des engagements du gouvernement". Sinon ? "Je ne voterai pas le texte…"