twitter facebook chevron-right
manifestation

La loi anti-casseurs votée, abstention record des députés La République en marche

Cinquante députés LaRem se sont abstenus lors du vote, en première lecture, de la proposition de loi controversée dite "anti-casseurs". Si aucun n'a voté contre, ce niveau d'abstention est un record sur un texte soutenu par le gouvernement depuis le début de la législature.
5 min

Coup dur pour l'unité de la majorité présidentielle. Après deux semaines de débat intense, en commission comme dans l'hémicycle, l'Assemblée nationale a adopté par 387 voix contre 92 la proposition de loi contre les casseurs, en réponse aux violences depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Un vote entaché par l'abstention de cinquante députés La République en marche, un record depuis le début de la législature.

"L'essentiel, c'est qu'il n'y a eu aucun vote contre", a tenté de rassurer dans la foulée Gilles Le Gendre. Pourtant, la veille, sur LCP, le président du groupe majoritaire n'imaginait pas plus "d'une vingtaine d'abstentions" :

Parmi les députés abstentionnistes, on retrouve Aurélien Taché, Martine Wonner et Sonia Krimi, des élus qui avaient publiquement dévoilé leur vote. Mais de manière plus inattendue, on retrouve à leurs côtés des figures de la majorité, telles que le vice-président de l'Assemblée Hugues Renson, la présidente de la commission du développement durable Barbare Pompili ou encore la questeure Laurianne Rossi.

Dans un communiqué, les abstentionnistes expliquent être "opposés à l'idée que les préfets puissent (...) prendre des mesures restrictives interdisant, sur la suspicion de faits qui pourraient y être commis, l'accès à une manifestation à une personne". Une critique directe de l'article 2 qui donne aux préfets le pouvoir de prononcer des interdictions administratives de manifester.

En outre, quatre élus du MoDem, groupe associé à la majorité, se sont également abstenus, tandis qu'un vote défavorable a surgi de ses rangs, celui de Brahim Hammouche.

Le texte doit désormais retourner entre les mains des sénateurs, avant de revenir en deuxième lecture à l'Assemblée, aux alentours du 12 mars.

La position de vote officielle de chacun des huit groupes politiques

La République en marche

Les Républicains

Le Mouvement Démocrate et apparentés

Les socialistes et apparentés

UDI, Agir et Indépendants

La France insoumise

Le groupe communiste (Gauche Démocrate et Républicaine)

Libertés et Territoires