twitter facebook chevron-right

La galaxie Le Maire à l'Assemblée

Ils se réunissent chaque semaine pour peser au sein de l’UMP et façonner le programme de leur poulain qu’ils espèrent voir candidater à la primaire de 2016. Revue des troupes.
4 min

Fort de ses 29.18% remportés à l'élection interne de l'UMP face à Nicolas Sarkozy samedi 29 novembre, Bruno Le Maire a pris du poids au sein du parti et aux yeux des Français (voir notre sondage Harris Interactive).
A l'Assemblée, le député de l'Eure est soutenu par une petite trentaine d'élus. Les historiques, qui l'aident dans la construction d'un programme aimeraient qu'il aille jusqu'à la primaire de 2016, certains pourraient l'abandonner en cours de chemin. Panorama des réseaux Le Maire à l'Assemblée nationale.

Les piliers

3Laure de La Raudière, l'historique3

La députée d'Eure-et-Loir est l'une des premières à avoir rejoint Bruno Le Maire. Ingénieure en chef des télécoms, elle met son réseau d'entreprises du numérique au service de son candidat. Elle anime avec Olivier Carré le pôle Innovation susceptible de faire émerger un projet présidentiel innovant, à travers une équipe d'experts qui consulte des professionnels venant de tous les domaines.

3Olivier Carré, le technicien3

Spécialiste d'économie et de finances publiques, cela fait plus d'un an et demi qu'il travaille en lien avec Laure de La Raudière pour élaborer le programme de Bruno Le Maire. Les deux députés consultent beaucoup, auditionnent des chefs d'entreprise, des fonctionnaires, des syndicats. OGM, 35h, éducation... Ils constituent une plateforme programmatique qui se veut inventive et sans tabou.
Leur objectif pour 2017 : faire des propositions inédites aux Français. Bruno Le Maire inspire, lui vérifie la faisabilité des réformes et tous ensemble ils réfléchissent à la déclinaison politique.

3Alain Chrétien, le supporter3

Depuis son arrivée à l'Assemblée nationale en 2012, le député-maire de Vesoul soutient Bruno Le Maire pour la présidence de la République. Ce membre des "Cadets-Bourbons" fait remonter son expérience de terrain et fournit à "BLM" des notes sur la fiscalité des entreprises. Il souhaite que l'ex-candidat à la présidence de l'UMP poursuive son tour de France entamé pendant la campagne et l'assure : "Après avoir parlé aux militants, il faut maintenant parler aux Français".

3Thierry Solère : le poids lourd3

Appuyé par Bruno Le Maire, il a obtenu de Nicolas Sarkozy le soin d'organiser la primaire de 2016. Un poste-clé pour ce fidèle de Bruno Le Maire qui incarne le renouveau dont son candidat s'est fait le porte-étendard. La position de Thierry Solère est centrale. Il continuera, "bien sûr", à se rendre aux réunions hebdomadaires des députés qui soutiennent Bruno Le Maire. Un avantage de taille pour ce dernier, en vue de 2017 ? Pas si sûr... Thierry Solère assiste également chaque semaine aux réunions des députés qui soutiennent Xavier Bertrand. "J'y participe depuis deux ans et je continuerai à le faire". Le député des Hauts-de-Seine est également "proche d'Alain Juppé", n'a "aucune difficulté" avec François Fillon. Pourtant, il le jure : sa fidélité à Bruno Le Maire est "totale".

3Damien Abad, les réseaux3

Ancien président des jeunes UDF, le député de l'Ain connaît bien les fédérations. Pendant la campagne, il a mis son réseau territorial au service de Le Maire pour organiser ses déplacements. Lui-même a assuré des meetings de soutien à Bruno Le Maire, sans son candidat. Cet autre membre des "Cadets-Bourbon" est aussi bien placé à l’Assemblée nationale : il fait partie des 12 secrétaires de l'Assemblée et est membre du bureau du groupe UMP. Deux postes qui lui permettent d’entretenir un bon réseau au sein des députés et de tenter de les convaincre de rallier Bruno Le Maire. Mais il se dit "Sarko-compatible" et l'assure : "L'heure n'est pas à la primaire."

3Franck Riester, le "porte-parole"3

Il a été l'un des plus fervents défenseurs de Bruno Le Maire dans les médias. Le député de Seine-et-Marne confirme qu'il continuera à travailler avec lui après la campagne, car "il incarne une nouvelle manière de faire de la politique". Il affirme cependant ne pas être sûr de la forme que cette collaboration prendra. Ses conseils politiques et son expertise dans les domaine culturels et médiatiques seront très utiles à Bruno Le Maire.

Ceux qui pourraient aller voir ailleurs

3 Julien Aubert, Sarkozyste de cœur et d'idées3

Il a soutenu activement Bruno Le Maire pendant la campagne mais le lendemain des résultats, le député de Vaucluse, plus proche des idées de Nicolas Sarkozy, déclarait à L'Express "je redeviens neutre en vue de la primaire de 2016". Il a assisté à la première réunion post-campagne des Lemairistes à l'Assemblée, mercredi 3 décembre. Une façon de laisser toutes les options ouvertes ?

3Arnaud Robinet, le cœur balance3

Il a soutenu Bruno Le Maire pendant la campagne et continue de participer aux réunions des Lemairistes à l'Assemblée. Ce proche de Xavier Bertrand met au service de Bruno Le Maire son expérience de maire de Reims et son expertise sur les sujets de santé mais ne sait pas encore qui il soutiendra à la primaire de 2016.

Astrid de Villaines avec Maxence Kagni et Julien Diaz
Crédits photos Assemblée nationale