twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

Jadot, Mélenchon, Hamon : leurs programmes sont-ils compatibles ?

LCP.fr a comparé les programmes de Yannick Jadot (Europe Ecologie-Les Verts), Benoît Hamon (Parti socialiste) et Jean-Luc Mélenchon (France insoumise) afin de mettre en lumière les points de convergence - et de divergence - des trois candidats à l'élection présidentielle.
5 min
AFP - Montage LCPAFP - Montage LCP

Ecologie : une même vision

Sur ce thème, les programmes des trois candidats se rejoignent sur un certain nombre de grandes orientations.

  • Faire entrer l’écologie dans la Constitution :
    Yannick Jadot entend inscrire les mots “République écologique” dans l’article 1 de la Constitution, tandis que Jean-Luc Mélenchon veut “constitutionnaliser la règle verte”, ce qui signifie "ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer". De son côté, Benoît Hamon veut "constitutionnaliser les biens communs" : l’eau, l’air et la terre, ainsi que la biodiversité.
  • Mettre en place une "fiscalité verte" :
    Yannick Jadot et Benoît Hamon proposent une modulation de la TVA selon les produits. L'écologiste propose également la suppression des niches fiscales nuisibles à l'environnement alors que Jean-Luc Mélenchon veut instaurer une taxe kilométrique aux frontières de la France et une contribution carbone sur le transport de marchandise.
  • Réduire la part du nucléaire :
    Yannick Jadot veut une sortie progressive du nucléaire d'ici à 2035, avec un arrêt des premiers réacteurs en 2017. Il souhaite que la part des énergies renouvelables atteigne 23% du mix énergétique en 2020 et 40% en 2030. Benoît Hamon, lui, veut 50% d'énergies renouvelables en 2025, tandis que Jean-Luc Mélenchon table sur 100% en 2050.

Les trois candidats veulent également lutter contre les perturbateurs endocriniens, contre l'obsolescence programmée mais aussi sortir du diesel.

Dissensions sur le revenu universel

  • Benoît Hamon et Yannick Jadot s'opposent à Jean-Luc Mélenchon.

Benoît Hamon veut, à terme, instaurer un revenu universel de 750 euros. Yannick Jadot s'en rapproche, lui qui souhaite "expérimenter un revenu de base". Au contraire, Jean-Luc Mélenchon "craint" que cette idée devienne "une trappe à pauvreté".

Sur cette question, Benoît Hamon veut progresser graduellement : d'abord, commencer par augmenter le RSA de 10% et le verser à tous les ayant-droits. Il veut aussi verser un "revenu d'existence" à tous les jeunes âgés de 18 à 25 ans, une mesure proche de celle de Yannick Jadot qui veut rendre accessible le RSA aux 18-25 ans.

Jean-Luc Mélenchon préfère instaurer pour les 18-25 ans une allocation d'autonomie d'une durée de trois ans, sous réserve d'une formation qualifiante et sous conditions de ressources.

Convergence des points de vue sur le travail

  • Les trois candidats ont en revanche des positions similaires sur une revalorisation immédiate du SMIC et veulent tous les trois favoriser la réduction du temps de travail. Ils veulent également tous faire reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle.
  • Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon veulent abroger la loi El Khomri.
  • Les programmes de Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot contiennent des mesures similaires en matière de protectionnisme économique : l'écologiste veut réserver 50% des marchés publics aux PME/PMI et aux start-ups qui emploient localement alors que le candidat de la France insoumise veut privilégier les circuits courts et les productions locales dans la commande publique.

Une même vision de la société

  • Les trois candidats partagent les mêmes idées.

Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot veulent légaliser le cannabis et ouvrir la procréation médicalement assistée aux couples de femmes.

Ils sont également favorables au droit de mourir dans la dignité : Benoît Hamon est favorable au suicide assisté pour les personnes incurables, Jean-Luc Mélenchon prône un "droit de mourir dans la dignité y compris avec assistance" et Yannick Jadot veut "renforcer le droit de mourir dans la dignité et à choisir sa fin de vie".

Institutions : tout changer, mais de façon différente

Les trois candidats veulent révolutionner la vie des institutions françaises mais leurs propositions sont assez éloignées.

  • Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon proposent tous les deux de passer à la VIe République, mais il diffèrent dans la méthode : le candidat de la France insoumise veut convoquer une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle Constitution tandis que le programme de Benoît Hamon ne fait pas référence à une telle modalité.
  • Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot souhaitent que l'élection des députés se fasse à la proportionnelle intégrale, tandis que Benoît Hamon en veut simplement une "dose".
  • Les trois candidats à l'élection présidentielle espèrent également donner davantage de place au citoyen dans le processus législatif - là aussi selon des modalités différentes : Jean-Luc Mélenchon veut instaurer un référendum d'initiative populaire, Benoît Hamon prône un 49.3 citoyen (1% du corps électoral peut suspendre l'application d'une loi ou forcer l'examen d'un texte) tandis que Yannick Jadot veut des votations citoyennes.

Sécurité : vers la fin de l'état d'urgence

  • Les trois candidats veulent recréer une police de proximité et semblent favorable à la fin de l'état d'urgence.
  • Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon veulent augmenter le nombre de policiers et de gendarmes : le candidat de la France insoumise promet de ramener les effectifs à la même hauteur qu'en 2007 et recruter des agents administratifs. Le candidat socialiste remplacerait tous les départs à la retraite et créer 1.000 postes par an.

Europe : des stratégies différentes

  • Les candidats partagent la même hostilité aux traités de libre échange comme le CETA et le TAFTA. Sur la question de l'accueil des migrants, Benoît Hamon et Yannick Jadot veulent revenir sur la convention de Dublin. Jean-Luc Mélenchon propose également de "refonder la politique européenne de contrôle des frontières extérieures".
  • Les trois candidats semblent en revanche partagés sur la stratégie à adopter vis-à-vis de l'Union européenne : Jean-Luc Mélenchon veut engager un bras de fer avec l'UE ("On la change ou on la quitte") ; lors de son discours de Japy à Paris, Benoît Hamon disait refuser la "stratégie de la vaisselle cassée". Enfin, Yannick Jadot propose un plan d'investissement de 600 milliards d'euros par an financé par la banque européenne et les banques nationales d'investissement.
  • Jean-Luc Mélenchon veut s'exonérer du pacte de stabilité et des règles encadrant les déficits, alors que Benoît Hamon souhaite un "moratoire" sur le pacte. Il se contente par ailleurs de vouloir sortir le coût des opérations extérieures et les investissements de sécurité des règles européennes régissant les déficits mais propose en revanche une annulation de la dette des pays de l'UE les plus endettés.
  • Yannick Jadot et Benoît Hamon sont favorables à une défense européenne commune, alors que Jean-Luc Mélenchon préfère une "défense indépendante, nationale et populaire".