twitter facebook chevron-right
La République en marche

INFO LCP - La direction du groupe LREM s’attaque aux amendements de ses députés

Confronté à une explosion des amendements individuels, le groupe majoritaire va lancer une mission en interne pour tenter de discipliner sa majorité…
Moins de 2 min
Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le 9 août 2017 (JACQUES DEMARTHON / AFP) Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le 9 août 2017 (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Trop, c’est trop. Après avoir appelé à plusieurs reprises à la retenue, en vain, la direction du groupe LREM à l’Assemblée nationale a décidé de lancer une étude pour trouver le moyen de limiter les amendements de ses députés.

"Nos injonctions n’ont rien changé…", a regretté Gilles Le Gendre en réunion de groupe, mardi. Vice-président et porte-parole du groupe, celui-ci sera aux avant-postes de cette mission délicate, aux côtés de Pacôme Rupin - un proche de Richard Ferrand -, mais aussi des coordinateurs (whips) du groupe au sein des commissions et de plusieurs responsables de textes. En somme, ce sont les hiérarques du groupe majoritaire qui sont réquisitionnés.

"Depuis plusieurs mois, on croule sous les amendements et il est devenu quasi-impossible de les filtrer lors de nos réunions de balayage", explique un député LREM qui soutient cette initiative.

"On progresse, mais on doit encore s’adapter et trouver la bonne organisation…"

Les amendements individuels des députés de la majorité – initialement interdits dans le règlement interne à LREM - ont commencé à se multiplier lors de l’examen du texte Asile-immigration, au mois d'avril. Depuis, ils n’ont cessé de croître. "Tout le monde y a pris goût", relève la remuante députée Sonia Krimi. Ce fut le cas lors du texte Alimentation et surtout pour le dernier texte adopté, la loi Elan où près de 700 amendements ont échappé au "filtre" du groupe…

"Il faut déterminer ses combats et ne pas se battre tous azimuts, tempère un député qui participera aux travaux de cette mission. Nous sommes dans un apprentissage normal de la vie d’un groupe politique, on progresse, mais on doit encore s’adapter et trouver la bonne organisation…". Selon lui, limiter le nombre d’amendements au sein du groupe majoritaire est aujourd’hui "une opinion très partagée en interne."

Sonia Krimi : "Il n’y a peut-être pas assez d’espaces de dialogue au sein du groupe..."

"S’il y a autant d’amendements, c’est peut-être parce qu’il n’y a pas assez d’espaces de dialogue au sein du groupe ! , corrige Sonia Krimi. Elle prévient : "Attention à ne pas toucher à ce droit d’enrichir un texte et d’être éventuellement en contradiction avec son propre groupe ! "

À n'en pas douter, l’été des missionnaires sera studieux : ils devront remettre leur rapport dès la rentrée de septembre…