twitter facebook chevron-right
Ecologie

Greta Thunberg aux députés : "Vous avez le devoir d'écouter les scientifiques"

La jeune militante écologiste s'est exprimée mardi devant les députés. Elle a insisté sur la nécessité d'agir d'ici à 2030 pour lutter contre le réchauffement climatique afin d'éviter de ne plus être "en mesure de revenir en arrière".
Moins de 2 min
LCPLCP

"Bonjour, je m'appelle Greta Thunberg, merci pour l'invitation." Mardi, la jeune militante écologiste s'est exprimée devant environ 160 députés venus l'écouter dans la salle Victor-Hugo de l'Assemblée nationale.

"D'ici 2030, si nous ne faisons rien, nous ne serons plus en mesure de revenir en arrière sur le changement climatique", a d'emblée scandé la jeune suédoise de 16 ans, qui a insisté sur la nécessité de "rester en dessous des 1,5 degré d'augmentation de la température".

Budget carbone

Greta Thunberg a cité le rapport du GIEC : "Le 'budget carbone' qui nous reste sera complètement épuisé d’ici huit ans et demi. Ces chiffres sont incontestables", a déclaré la jeune femme. Avant d'interpeller les députés : "Peut-être n’êtes-vous pas suffisamment mûrs pour accepter ce rapport ?"

L'activiste écologiste a par ailleurs jugé "nécessaire que les pays les plus riches arrivent rapidement à un niveau de zéro émission de CO2 pour que les pays les plus pauvres puissent construire les infrastructures que nous avons déjà".

Elle a également répondu à la polémique liée à sa venue à l'Assemblée nationale en revendiquant sa volonté de "dire des choses très désagréables aux gens" :

Simplement parce que nous citons les faits scientifiques, nous sommes l'objet de haines et de menaces !Greta Thunberg

"Certaines personnes ont choisi de ne pas nous écouter, ce n'est pas grave", a-t-elle expliqué, jugeant que les députés n'étaient pas obligés d'écouter des "enfants". "Par contre, vous avez le devoir d'écouter les scientifiques", a-t-elle ajouté.

CETA

"Le plus gros danger c’est lorsque les entreprises, les politiques, font semblant d’agir alors que rien n’est fait, sauf de belles campagnes de communication", a conclu Greta Thunberg.

Interrogée par la presse, la militante suédoise a cependant refusé d'exprimer une quelconque opinion politique. Elle a notamment refusé de se prononcer sur le vote autorisant la ratification du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, prévu ce mardi à l'Assemblée nationale : "Je n'ai aucune opinion par rapport à ce vote, je suis venue parce que l'on m'a invitée tout simplement."


>> Revoir le discours de Greta Thunberg en intégralité :

>> Revoir notre émission spéciale :