twitter facebook chevron-right

Front républicain : Philippe Vigier appelle les électeurs à "voter en conscience"

Le chef de file des députés UDI refuse de trancher la question de l'attitude que devront adopter les binômes UMP-UDI dans les cantons où le FN pourrait l'emporter.
Moins de 2 min

Philippe Vigier, le chef de file des députés UDI à l'Assemblée, revient sur les bons scores de l'alliance entre l'UMP et son parti lors du premier tour des élections départementales. L'élu d'Eure-et-Loir refuse cependant d'affirmer clairement quelle sera la position des binômes UMP-UDI vis-à-vis du Front national durant l'entre-deux-tours.

LCP.fr : Comment analysez-vous les résultats de ce premier tour ?

Philippe Vigier : Ce bon résultat de l'UMP et de l'UDI s'explique avant tout par une meilleure mobilisation de l'électorat. Mais selon moi, la première force politique du pays, c'est l'abstention. Deuxièmement, l'union entre l'UDI et l'UMP a bien fonctionné. Dans les cantons dans lesquels nous étions séparés, nous ne sommes pas présents au second tour. Ensemble, nous sommes capable de créer une dynamique de victoire.

Le dernier enseignement du scrutin est la claque énorme qu'a reçue le gouvernement. La gauche va perdre une trentaine de départements, avec de nombreux élus sortants éliminés dès le premier tour. Les électeurs ont sanctionné la politique de François Hollande et ses promesses de 2012 non tenues.

L'UMP prône le "ni-ni" et l'UDI veut faire barrage au FN. Quelle stratégie adopteront au second tour les candidats issus de votre alliance ?

Philippe Vigier : Les électeurs sont grands. Je les ai rencontrés lors de la campagne et ils m'ont demandé une chose : que les états-majors ne leur donnent pas de conseils toute la journée. Alors il est vrai que la position de l'UMP est un peu différente de celle de l'UDI. J'appelle pour ma part les électeurs à voter en conscience.

Concrètement, des binômes UMP-UDI vont-ils se désister pour faire barrage au FN ? Quelle est votre position personnelle ?

Philippe Vigier : Je n'ai pas de position à titre personnel, je me situe dans la ligne politique de mon parti (rappelée par Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI, qui veut "faire barrage" au FN, ndlr). Il y aura par ailleurs très peu de cas de triangulaires nécessitant un désistement de la part d'un binôme UMP-UDI.

Je refuse de toute façon de me prononcer sur un cas qui serait générique. Il faudra analyser la situation localement, en fonction des différentes déclinaisons dans les départements. Je remarque par ailleurs que les socialistes appellent au Front républicain à Paris, alors que c'est moins le cas en province...

Propos recueillis par Maxence Kagni