twitter facebook chevron-right

En PACA, Christian Estrosi prépare le futur "Conseil territorial" pour donner la parole à la gauche

Le vainqueur LR des régionales rencontre cet après-midi Michel Vauzelle, président sortant PS, pour préparer les contours de cette nouvelle instance.
2 min

Au lendemain de son élection en PACA face à Marion Maréchal-Le Pen, Christian Estrosi prépare déjà sa future mandature et notamment la création du Conseil territorial qu'il a promis à la gauche.

Une promesse d'entre-deux-tours

Élu avec 54,7% des voix le 13 décembre face à Marion Maréchal-Le Pen (45,22), le député-maire de Nice est en train de dessiner les contours de cette future instance consultative pour ne pas oublier les électeurs de gauche qui ont voté pour lui.

Selon nos informations, le vainqueur de l'élection va rencontrer le président socialiste sortant, Michel Vauzelle, pour préparer cette future instance.

Une manière de permettre "à ceux qui ont fait le sacrifice de ne pas être candidats au second tour par esprit républicain, de pouvoir s'exprimer et se prononcer sur la vie de la collectivité", assurait le candidat LR-UDI-MoDem dans les colonnes de La Provence le 8 décembre.

"C'est à Christian Estrosi de nous faire des propositions"

A gauche, Christophe Madrolle, tête de liste PS-UDE-PRG dans les Bouches-du-Rhône avait émis de fortes réserves pendant la campagne de l'entre-deux-tours sur cette proposition jugée "insuffisante". Lundi matin, il se dit "serein, mais vigilant". "On a fait le boulot cette semaine, maintenant c'est à lui de nous faire des propositions" confie le conseiller municipal marseillais à notre envoyée spéciale en PACA.

Un rôle consultatif

"Je réunirai également une fois par an une session à laquelle je convierai toutes les forces politiques de la région qui auraient pu avoir des élus et à qui je donnerai la parole", avait expliqué Christian Estrosi durant la campagne de l'entre-deux-tours. Le député-maire de Nice pensait notamment aux "temps forts de la vie du conseil régional" comme "le budget ou les investissements importants".

"Une foutaise qui va coûter des millions", assure le FN

"C'est une foutaise absolue" confie à LCP le conseiller régional FN nouvellement élu, Franck Allisio. Pour l'ancien LR qui fut le porte-parole de campagne de Marion Maréchal Le Pen, cette instance constitue "un nouveau machin qui ne sert à rien et qui va coûter des millions". "Seul le conseil régional sera légitime," poursuit l'élu marseillais, "le reste n'a aucune valeur légale, c'est un énième comité Théodule, juste une pompe à fric".

Pendant le débat d'entre-deux tours, Christian Estrosi a évoqué le rôle des futurs participants de ce Conseil qui "ne seront pas payés mais indemnisés en cas de frais".

Astrid de Villlaines avec Elisa Bertholomey